Ces deux vieux "messieurs" du Sénégal

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Vendredi 10 février  2012

Grand Kalle - Independance Cha Cha - YouTube 

 

L’événement du jour

Demi Moore ne veut pas être traitée

 

L’article du jour

 

Ces vieux deux « messieurs » du Sénégal

 

Durant ce mois de février, Mois de l’Histoire des Noirs, je me propose de vous faire découvrir quelques figures illustres de race noire qui ont fait parler d’eux durant la colonisation. A cette époque-là, rares étaient les hommes de race noire qui se faisaient entendre. Et pourtant, il y en a eu quelques-uns. Aujourd’hui, nous allons parler de deux Sénégalais dont les noms sont restés gravés dans l’Histoire. Il s’agit de Blaise Diagne et Léopold Sedar Senghor.

 

Commençons par Blaise Diagne qui a vécu bien avant que l’Afrique en général et le Sénégal en particulier deviennent indépendants :

 

Blaise Diagne | Au Senegal

 

Ce qu’on peut retenir de lui, c’est qu’il fut le premier député noir originaire d’Afrique à siéger à la Chambre des députés française, ses prédécesseurs ayant été tous originaires des Antilles. Ses détracteurs l’ont néanmoins traite d’assimilationniste.

 

Dans les années qui ont précédé la 2eme Guerre mondiale, aucun Africain ne pouvait s’imaginer que l’Afrique serait un jour indépendant. Le souci de tout intellectuel africain de l’époque est de s’acquitter de ses responsabilités avec compétence et honnêteté.  Puisque Blaise Diagne a été en mesure de le faire et surtout de se distinguer, il a fait honneur à sa race et à son continent. Il mérite donc notre admiration. Tous ceux qui ont fait des études coloniales vous diront que ce ne fut pas facile. Je me souviens que nous, avec les Pères Jésuites, on etait 43 élèves en première année du secondaire et on terminait seulement 6 ou 4 en dernière année pour l’obtention du diplôme.

 

L’autre illustre Sénégalais du temps de la colonisation fut Léopold Sedar Senghor. Premier président du Sénégal, il fut poète et membre de l’Académie française. Son action suscita cependant de la controverse entre d’une part ceux qui le considéraient comme un défenseur de la culture et de l’authenticité africaines et d’autre part ceux qui le prenaient pour un ambassadeur du néo-colonialisme occidental en Afrique.

Léopold Sédar SENGHOR

 

En tout cas, on ne peut lui en vouloir d’avoir été à l’école française dans la période précédant l’accession de son pays à l’indépendance. Cela ne l’a d’ailleurs pas empêché de lutter pour l’indépendance du Sénégal puisqu’il en est devenu le premier président. Par ailleurs, je salue son humanisme et son ouverture aux autres cultures noires qui ont inspire la négritude. Il nous a légué cette dernière idéologie et a donné le gout de lire aux Sénégalais qui ont développé un intérêt particulier pour les arts et lettres. Il n’y a qu’à penser aux Editions Phoenix qui font la promotion des auteurs africains à travers le monde.

 

En tout cas, peu importe ce qu’on a dit de Diagne et de Senghor, l’Afrique peut en être fière de l’un et l’autre.

 

KASSAV - NEW VIDEO - DOUBOUT PIKAN - YouTube

 

Commenter cet article