Les démons de la presseLes démons de la presse SACHA DISTEL & DALDA " SCANDALE DANS LA FAMILLE La liberté de presse est un atout majeur dans le processus de démocratisation des institutions

Publié le par Vieuxvan

Les démons de la presse

 SACHA DISTEL & DALDA " SCANDALE DANS LA FAMILLE

La liberté de presse est un atout majeur dans le processus de démocratisation des institutions d’un pays. Ceux qui suivent l’actualité politique savent l’important rôle que la presse joue aux États Unis et au Canada notamment où les politiciens doivent bien faire attention aux gestes qu’ils posent. Bien des exemples nous servent de preuves. Le président Richard Nixon a été contraint de démissionner suite au scandale du Watergate ; le Premier ministre Paul Martin a dû se retirer suite au scandale des commandites dans lequel le Parti Libéral du Canada s’était mouillé.

J’ai appris ce qui est arrivé au journal télévisé « Lingala facile », un journal, je dois avouer, que je suivais distraitement car cela me fendait le cœur de voir l’état où notre belle Ville de Kinshasa se retrouve aujourd’hui.

le journal télévisé en lingala facile

jT Lingala Facile " Ba Bomaka Mabé" - YouTube - Recherche vidéo ...

Il m’a semblé que les Kinois adoraient cette émission. J’en étais heureux pour eux. D’ailleurs, j’admirais le brio, le punch et l’audace de son présentateur Richard Bababaswe. Je ne suis pas le seul puisqu’il figure parmi les 50 personnalités les plus importantes de la RDC.

Les 50 personnalités qui comptent: Zacharie Bababaswe, le poil à ...

Si ma mémoire ne me trahit pas, son émission faisait partie de la programmation de la RTNC ? À notre époque actuelle où les stations de télévision foisonnent et se livrent une concurrence tous azimuts, je pense que le nouveau concept de Bababaswe devait profiter à la RTNC qui haussait ainsi ses cotes d’écoute ?

Jimmy Mukendi : " Le JT en lingala facile innove et évolue avec le ...

Regardez cet autre  reportage sur les privés qui construisent à Goma. Je n’en reviens pas ! Ces villas-là n’ont rien à envier à celles des gens riches des USA ou du Canada ! N’est ce pas une fierté nationale ? Le crédit de ce reportage ne va-t-il pas au producteur (Hôtel de Ville)  et au diffuseur (RTNC 2)?

Vidéo de JT Lingala Facile - Cinq chantiers: chantiers en cours ...

Au début, je n’ai pas été surpris d’apprendre que cette émission avait été suspendue pour trois mois. Je trouvais cela tout à fait normal. Il nous arrive des fois de commettre des erreurs et de recevoir des blâmes et même des suspensions de la part de nos employeurs. Nous en prenons bonne note et apprenons la leçon pour éviter les mêmes erreurs à l’avenir. En tout cas, c’est ainsi que j’ai compris cette suspension de trois mois. D’ailleurs, deux ou trois stations de télévision ont été suspendues auparavant  pour des problèmes d’éthique. À l’heure qu’il est, elles ont sûrement repris leurs activités ? Je ne vois donc pas pourquoi « Lingala facile » ne reprendrait pas sa production après ses trois mois de suspension ?

À lire et entendre les réactions, c’est comme si cette émission était désormais retirée de la programmation et à jamais.  Si tel est le cas, je dirais qu’il est toujours difficile dans un pays comme le nôtre de comprendre exactement ce qui pourrait se cacher derrière une importante décisions comme celle-là. Je connais assez le zèle déployé par les hauts dirigeants de Télé-Zaïre à notre époque mais cela n’a plus rien à voir avec la situation actuelle puisque nous disposons d’institutions démocratiques qui permettent à chacun et à tous de s’exprimer librement.  Cependant, l’impression que me donne cette saga est que Zacharie Bababaswe a fait de « Lingala facile » une affaire tout à fait personnelle, un gouvernement à lui au sein de l’Hôtel de Ville ou de  la RTNC 2. Dès lors, il courait de gros risques.

Je ne suis pas là pour savoir ce qui s’est passé. C’est lui personnellement ou son programme qui a été sanctionné et pourquoi ? Si c’est lui, il doit encore être à l’emploi de l’Hôtel de Ville ou de la RTNC 2 ? Dans ce cas, celle-ci a-t-elle confié la présentation de l’émission révisée à quelque autre journaliste ? Si le conflit oppose par contre la Ville ou RTNC à la HAM, pourquoi Zacharie Bababaswe s’en prend-il personnellement à la HAM comme s’il réglait personnellement ses comptes, ce qui devait normalement lui être interdit en sa qualité d’agent subordonné aux hautes instances de l’Hôtel de Ville ou de la RTNC 2, à moins qu’il ait été viré ? J’ai avec moi la vidéo où l’on voit Zacharie s’attaque à partir d’Ottawa aux têtes de la HAM. Je préfère ne pas vous faire entendre ses propos. Il est très excité, en colère et ne mâche pas ses mots, je vous le jure !

Par contre, à travers les appuis que ce journaliste et son émission reçoivent des internautes, je suis en droit de me demander effectivement s’il n’y a pas anguille sous roche.

Lingala facile : Journal Lingala facile 2010 Zacharie

J’ai maintes fois dénoncé les manœuvres de certains dirigeants qui deviennent les ennemis jurés de leurs employés tout simplement parce que ceux-ci ont du succès. C’est fort dommage ! Ici, les émissions de télé portent les noms de leurs présentateurs : Denis Lévesque, Jean-Guy Mongrain, Richard Martineau,  Paul Larocque et Jean Lapierre., etc. Ce sont eux qui font monter les cotes d’écoute et aussi le nombre des commanditaires de publicités payantes. Chez-nous, en RDC, ils seraient devenues des brebis galeuses, des hommes à abattre. Rappelez-vous mes articles ci-dessous :

In Memoriam révisé - Le blog de Célestin S. Mansévani

Kin, jaloux, jaloux!

Je ne suis ni pour la RTNC ni pour la HAM ni pour Zacharie Bababaswe. Je connais personnellement Éleuthère « Lettre » Lutu Mabangu et l’ancien patron de la HAM devenu sénateur, Modeste Mutinga, souvent pris à partie. Ce sont deux hommes pleins de bon sens. Ils comprendront qu’il ne faut pas priver les Kinois de « Lingala facile », l’une de leurs émissions préférées. C’était devenu comme une drogue ! La leur en priver équivaudrait à les pénaliser. Je sais que Zacharie est très furieux en ce moment mais, à mon avis, il y a lieu de le faire revenir au pays et de voir avec lui comment on peut, au besoin,  refaire la formule de « Lingala facile » sans porter préjudice aux uns et aux autres.

Je suis pour la liberté d’expression et celle de la presse. Et pour ce qui a trait à notre pays, la RDC,  et particulièrement dans le dossier qui nous concerne, pour une des rares fois que les Kinois peuvent s’attacher à une émission et à son présentateur, je ne donnerais qu’un conseil :

Les linges sales se lavent en famille !

À demain !

Sacha Distel - Monsieur Cannibal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article