Lukuna: le chant du cygne.

Publié le par Vieuxvan

Kuluna : le chant du cygne !

SACHA DISTEL & DALIDA " SCANDALE DANS LA FAMILLE

Il ne reste plus que quatre jours avant la clôture des 21èmes Jeux d’hiver de Vancouver.  Les compétitions continuent; les exploits aussi. Voici le tableau des médailles pour cette journée du mercredi 24 février 2010.

Jeux d'hiver : Nombre de médailles

C’est la fête aujourd’hui pour nous, Canadiens, puisque les filles canadiennes ont raflé 4 nouvelles médailles à ces jeux et que notre équipe masculine de hockey a écrasé son éternelle rivale, celle de la Russie, par 7-3, passant ainsi à la demi-finale.

Jeux olympiques | Bobsleigh féminin - Doublé canadien en bobsleigh ...

Ski acrobatique : Bilodeau, première médaille d'or canadienne ...

Hockey sur glace: le Canada, transfiguré, écrase la Russie ...

Avec ces victoires du Canada, la bière coule à gogo ici. Ii y en a qui vont passer une nuit blanche. Pendant que les Canadiens fêtent, faisons un retour au pays d’origine, la RDC, pour parler d’un sujet qui me tient à cœur. Je ne sais pas s’il faut appeler les « kuluna » des gangs de rue. Il est vrai que ces bandits ont chacun leur territoire. Cependant, au plan des méfaits qui leur sont reprochés, ils n’ont rien de commun avec les gangs de rue de Montréal qui, eux, ne s’attaquent pas aux paisibles citoyens qui circulent dans la rue. Ils agissent plutôt en coulisse, généralement pour le compte de grandes bandes criminalisées qui leur refilent de la drogue et d’autres produits illicites à écouler pour leur compte.

Dans un de mes articles, intitulé « Kinshasa n'est plus Kinshasa, (02/01/2010 ), je me suis attaqué à ce phénomène que je ne puis m’expliquer alors que les autorités compétentes prétendent vouloir remettre de l’ordre dans le pays. Je ne suis pas le seul à m’être plaint. Voici un autre article qui abonde dans le même sens.

Ila Mbombo: Le phénomène « Kuluna » : la criminalité en plein jour

En parcourant quelques articles, je me suis rendu compte que plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer le retour en force des bandes de voyous dans les rues de Kin- la belle alors que le feu président Mobutu avait mis fin au règne des balados qui agissaient de la même façon à une certaine époque.  La première raison avancée est le désœuvrement. Quand les jeunes n’ont pas d’emploi ni d’avenir en perspective, ils ont tendance à se livrer à des actes de banditisme. C’est ce qui se passe partout. Voici une analyse de la situation par deux observateurs : 

Phénomène « Kuluna » : Mukamba Augustin accuse le gouvernement de la RDC

Les enfants congolais: «Donnez-nous aujourd'hui notre pain de ce jour»

Un autre son de cloche nous vient d’Annie Abeditho Baseleba. Elle accuse la dépravation des mœurs et particulièrement nos musiciens dont les œuvres et les comportements, il ne faut pas se le cacher, laissent de plus en plus à désirer. J’ai d’ailleurs affleuré le problème dans un autre de mes articles portant li titre :

Les musiciens: nouveaux pachas de la R.D.C. (03/12/2009 ) Voici ce que cette chroniqueuse en dit: 

L'influence des musiciens congolais sur la jeunesse

 
Dans un mémorandum adressé par Monseigneur Mosengwo, archevêque de Kinshasa, ce dernier, au plan de la sécurité publique,  attire l’attention du président Joseph Kabila sur ce phénomène :

Mémo à S.E. Monsieur Joseph KABILA

Les appels de détresse adressés aux autorités compétentes ont fait tilt puisqu’une traque en règle semble s’en être suivie.

Gangstérisme à bout de souffle: Les Kuluna indésirables à Kinshasa ...

Kinshasa : 30 gangsters, dits « Kuluna » transférés au Banbundu ...

La chasse aux indésirables s’est apparemment étendue aux prostituées et aux « shégués », comme nous le lisons dans cet autre article. 

La traque des «kuluna» élargie aux prostituées et aux «shégués»

Je crois qu’il convient de faire la part des choses. Le cas des prostituées devrait être plutôt réglé par la brigade des mœurs. La campagne contre les « shégués », quant à elle, devrait être confiée à une brigade de protection de la jeunesse. Je me demande si ces deux organismes existent en RDC. Plutôt que de recourir aussitôt à la répression, il y aurait lieu d’identifier les causes profondes de chaque situation.
Dans la plupart des cas, la meilleure solution est la prévention. Mais là, il s’agit d’une affaire de gros sous.  L’exemple de feu le père Buffalo devrait être suivi. Mais par qui ? Apprenez donc des métiers à ces jeunes. Ici, au Canada, ceux qui sortent des écoles de métier: maçons, électriciens, plombiers, ébénistes, camionneurs, etc. ne chôment pas.  Il n’y a pas de sot métier !

Bon. Nous en avons presque fini pour aujourd’hui. En attendant, vous vous souvenez ? Je vous ai parlé, il n’y a pas longtemps de l’exposition de peintures de Jubilé Mansevani, mon 4ème garçon, qui se tient du 22 février au 22 mars 2010 au 330 de la rue Émery à Montréal, au croisement avec la rue St-Denis, juste après ce Cinéma Quartier, non loin de la station de métro Berry-UQAM.  Voici un aperçu le l’exposition.

             

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article