PQ - L'ombre de Gilles Duceppe

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com
Vendredi 20 janvier 2012

Avertissement :
Je me suis rendu compte que les liens que je suggère dans mes articles ne fonctionnent plus comme auparavant une fois publiés. Je suis donc en train de chercher une solution pour vous présenter ces nouvelles sous une autre forme. Ne m’en veuillez donc pas s’il y a quelques tribulations.

L’article du jour
PQ – L’ombre de Gilles Duceppe

Les problèmes de Pauline Marois sont loin d’être finis. La pression ne cesse de s’accroitre pour qu’elle cède sa place, ce qu’elle refuse obstinément comme nous l’avons vu dans beaucoup de mes articles dont celui-ci :
Pauline Marois sent la soupe chaude

Le rififi continue cependant au sein de ce parti d’autant plus que les sondages démontrent que l’écart dans les intentions de vote entre le Parti Québécois (PQ) et le Parti Libéral du Québec (PLQ) est plutôt mince d’une part et que la Coalition pour l’»Avenir du Québec (CAQ), nouveau parti de François Legault, s’était hissé en tête des sondages d’autre part

PQ chef Pauline Marois sous pression –CBC News
Pauline Marois est dans une crise de leadership tous azimuts mécontentement semble se répandre à travers le caucus. Productrices de PQ qui quittent le parti : Benoît Charette., Louise Beaudoin., Pierre Curzi. Lisette Lapointe.Jean-Martin Aussant. Certains membres du PQ sont lui demandant d'examiner si elle devrait démissionner, comme nombre de sondage du parti stagne, malgré l'impopularité chronique du gouvernement libéral. Marois brossé passés aux journalistes mercredi en se rendant à une réunion du caucus et a refusé de commenter la crise engloutissant son leadership.

Cependant, les choses sont en train de changer puisque Gilles Duceppe, l’ancien chef du Bloc Québécois, qui jusqu’ici refusait de faire le saut au provincial, vient souvent d’entrouvrir une porte sur une possible acceptation du poste de chef du PQ :

Gilles Duceppe, sauveur du PQ? Par Denis Lessard (La Presse)
(Québec) Après des semaines de crise et de chicanes internes, l'image du Parti québécois est sérieusement ternie. En un an, le PQ a perdu des plumes, de plus en plus de gens souhaitent le départ de Pauline Marois et Gilles Duceppe représente encore le remplaçant le plus solide pour diriger le Parti québécois. C’est ce qui ressort de l'enquête réalisée par CROP pour La Presse, du 14 au 19 septembre derniers auprès de 1000 internautes - ces sondages ne comportent pas de marge d'erreur. Actuellement, deux personnes sur trois, soit 67%, pensent que Mme Marois devrait tirer sa révérence. En novembre 2010, 59% des répondants estimaient que l'heure était venue pour elle de jeter l'éponge. Il y a un an, 28% de ceux qui votent pour le PQ jugeaient qu'elle devrait partir, et maintenant 38% de ses partisans jugent qu'elle devrait démissionner. CROP a repris le questionnaire lancé en novembre 2010, à la recherche d'un successeur potentiel à Mme Marois. Comme il y a un an, Gilles Duceppe, en dépit de son humiliante défaite du 2 mai, reste «le seul chef qui permettrait au PQ de faire des gains substantiels», observe Youri Rivest, vice-président de la maison de sondage. Si des élections avaient lieu cette semaine sans que François Legault ait créé de parti politique, le PQ dirigé par Mme Marois récolterait 28% des suffrages, le même taux que le PLQ. Il aurait réalisé exactement la même performance avec Bernard Drainville à sa tête, même si le député de Marie-Victorin a obtenu davantage de notoriété au cours des dernières semaines. Pierre Curzi, qui a manifesté son intention de revenir pour briguer la succession de Mme Marois si elle partait, fait un peu mieux avec 32% des intentions de vote.
Avec Gilles Duceppe à la barre, le PQ aurait récolté 45% d'appuis. L'ancien bloquiste va chercher cinq points chez les adéquistes et autant chez Québec solidaire, comparativement à un parti sous la direction de Mme Marois. Mais le sondage révèle aussi une descente importante de tous les chefs potentiels depuis novembre 2010. Même premier, Gilles Duceppe récolte 5 points de moins qu'il y a un an. Le PQ sous Pierre Curzi recueillait 8% de plus l'année dernière, et le PQ de Pauline Marois fait 10 points de moins que l'an dernier. La désaffection à l'endroit du PQ semble se refléter aussi dans la popularité de l'option souverainiste. Maintenant, 36% des Québécois disent qu'ils seraient favorables à ce que «le Québec devienne un pays souverain». Il s'en trouvait 38% il y a un mois et 43% en mai, le dernier mois où on a observé un score supérieur à 40% en faveur de la souveraineté.
Nous savons pourtant que Gilles Duceppe a subi une débâcle lors des dernières élections fédérales qui ont connu un raz-de-marée du Nouveau Parti Démocratique (NPD) Souvenez-nous de mon article ci-dessous :
RD Congo - Québec, la rebelle

En tout cas, rien n’est encore joué, car Pauline Marois continue de jurer que c’est elle qui mènera le PQ aux prochaines élections :

Leadership de Marois contesté : le bras de fer continue
“Au cœur d'une crise persistante au sujet du leadership de sa chef Pauline Marois, le Parti québécois présentera vendredi un nouveau candidat en vue des prochaines élections générales, le militant environnementaliste Daniel Breton. Des sources sûres ont confirmé l'information à Radio-Canada. L'annonce officielle de cette candidature sera faite par Mme Marois elle-même, vendredi à 11 h. Président du mouvement Maîtres chez nous 21e siècle, M. Breton s'est notamment impliqué dans le débat sur l'exploitation du gaz de schiste au Québec au cours des dernières années. Sur le plan politique, il avait été candidat pour le Nouveau Parti démocratique dans la circonscription montréalaise de Jeanne-Le Ber, lors des élections fédérales de l'automne 2008. Marois parle à son entourage politique. La chef du PQ a rencontré jeudi matin à Montréal son cercle rapproché sur fond de rumeurs d'un intérêt accru de Gilles Duceppe pour lui succéder advenant son départ. La rencontre était cependant prévue depuis longtemps. Elle précède une réunion de tout le caucus péquiste mercredi et jeudi prochains, en prévision du Conseil national du parti les 27, 28 29 janvier. Plus tôt en journée, Jean-François Lisée, ancien conseiller politique de Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, allié de Pauline Marois, s'est porté à la défense de la chef péquiste. « Moi je pense qu'elle va rester parce qu'elle a démontré une résilience étonnante depuis un an et demi. J'ai l'impression qu'elle a une peau faite en gilet pare-balles », a fait valoir à Radio-Canada l'actuel directeur exécutif du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM). »

C’est une mission pratiquement impossible pour elle de résister à la vague de Gilles Duceppe qui bénéficie d’un soutien sans pareil des souverainistes. Beaucoup d’observateurs estiment qu’un retour éventuel de Gilles Duceppe  ferait revenir la première vague des dissidents qui avaient déserté le bateau à savoir Lisette Lapointe, Lise Beaudouin et Pierre Curzi, tous des gros canons du Parti ainsi que d’autres qui désapprouvaient ou contestaient le leadership de Pauline Marois.

Comme quoi, faire de la politique au Québec n’est pas une sinécure, mais demeurer à la tête du PQ, c’est comme être entraineur du Canadien de Montréal. On ne s’y fait pas de vieux os et surtout il ne pas s’attendre à la retraite.

Les chroniqueurs politiques, eux, qui ne manquent pas d’humour, s’en donnent à cœur-joie, comme Richard Martineau de LCN.

Le naufrage du PQ- par Richard Martineau
Décidément, c’est la semaine des naufrages…Après le capitaine du Costa Concordia qui a précipité le paquebot qu’il pilotait sur des rochers, histoire de faire « coucou » aux habitants d’une île, c’est au tour de Pauline Marois de mettre le parti qu’elle dirige en danger en s’approchant trop près des côtes de Québec Solidaire.

LES COCOS
Il suffit de surfer sur le site du parti d’Amir Khadir et de François David pour se rendre compte des risques d’effectuer pareille manœuvre. Primo : Québec Solidaire et le Parti communiste du Québec ont conclu une entente, en vertu de laquelle tous les membres du Parti communiste deviennent AUTOMATIQUEMENT membres de Québec Solidaire (« Révolutionnaires de tous les pays, unissez-vous ! »)…C’est tout ce qu’a trouvé le PQ pour redorer son image ? Coucher dans le même lit qu’une bande de coucous qui prient encore à l’autel du marteau et de la faucille ? Pourquoi ne pas teindre la fleur de lys en rouge, tant qu’à faire ?

Voici le dernier point de vue recueilli à ce propos :

Crise au PQ: les députés péquistes divisés | Jocelyne Richer ...
Le fait que l'ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe ait exprimé son intérêt à prendre la place de Pauline Marois oblige chacun à se positionner, que cela…

Les jours à venir risquent de se révéler fatidiques pour la pauvre Pauline Marois qui devra se rendre à l’évidence. Souvenez-vous de mon article dans lequel je vous parlais des politiciens occidentaux machos…
Aux pays des machos 


KASSAV - NEW VIDEO - DOUBOUT PIKAN - YouTube

Commenter cet article