RD Congo - Asphaltage des routes

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Mardi 19 avril 2011  

 

      Congo - Mbilia Bel - Naza

*****************************

L’événement du jour

La situation demeure préoccupante en Libye. Les combats ne semblent pas faire de maître. Alors, il faut recourir aux grands moyens.

Libye: la coalition n'exclut pas l'envoi de commandos

 

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

L’article du jour

 

 

RD Congo – Asphaltage des rues

 

Avant de devenir secrétaire communal de Ndlili, j’ai travaille quelque temps en qualité de journaliste reporter au ministère de l’Information du Kongo Central.

C’est que Georges Luemba, alors secrétaire général, m’a remarqué.

 

J’ai effectué quelques reportages dans la suite du président provincial de l’époque, M. Vital Moanda. C’est ainsi que j’ai pu visiter certaines régions de cet état, aujourd’hui redevenu province, où je n’avais jamais mis les pieds auparavant. Parmi elles, le Bas-Fleuve. Je suis ainsi allé à Boma, Moanda, Tshela et Lukula. La route menant à cette dernière ville était si poussiéreuse que, lorsqu’on arrivait à destination, on avait le visage et les vêtements tout rouges à cause de la poussière qui s’y accrochait. J’ai connu ce genre de situation à Mbanza-Ngungu, mais à Lukula c’était vraiment le comble. La route qui y mène est en terre battue ; les rues de la ville également, à part l’avenue principale que l’on aperçoit sur la photo ci-dessous.  Je me suis toujours demandé comment les gens de là-bas, qui respirent et avalent cette poussière toute leur vie, parviennent à tenir le coup.

Blog de lukula - MATONDO KAPINGA - Skyrock.c

 

Ceci pour vous dire que l’asphaltage des routes est indispensable dans notre pays. Les routes non pavées deviennent glissantes en temps de pluies et peuvent devenir mortelles ; parfois des véhicules s’embourbent carrément. Dans ces conditions, comment assurer le transport des agriculteurs et l’acheminement de leurs produits dans les grands centres ? Une situation semblable a déjà été identifiée à l’est du pays, précisément à Kasongo

            RD CONGO : Accès impossible au marché pour les producteurs ...

 

Pour moi, peu importe le coin de notre pays qui est concerné, c’est une affaire nationale. Toutes les régions du pays constituent la grande RDC. C’est donc avec joie que j’ai accueilli la nouvelle de l’asphaltage du tronçon de route ci-dessous.

Cité de Muanda : Le gouvernement provincial plaide pour l’évolution rapide de travaux d’asphaltage de l’avenue du Commerce

Cependant, cet autre article déplore l’état de la route principale numéro 1 qui relie la capitale Kinshasa à la ville portuaire de Matadi. On connait l’importance de cette route qui permet à des poids lourds d’acheminer tout ce qui vient d’Europe par bateau vers Kinshasa et vice versa.  Je l’ai empruntée des dizaines de fois.’

Bas-Congo : la mauvaise gestion de l’argent du péage ruine l

 

Toutefois, l’état de cette route n’est rien, comparé à celui de certaines avenues et rues de la capitale, tel qu’en témoigne le reportage photographique ci-dessous.

Où va l'argent de la République Démocratique du Congo ?

 

J’en sais un petit peu sur l’asphaltage des routes puisque l’ancien bourgmestre Georges Luemba s’est longuement occupé de l’asphaltage de la route reliant

 Ndiili à Dingi-Dingi où feu mon beau-père, Joseph Lukoki, possédait une vaste concession vouée à l’agriculture et l’élevage, laquelle a été léguée à ses enfants.

 

À l’étendue du pays, il faudrait peut-être recourir une fois de plus aux Chinois qui sont devenus nos pères adoptifs en lieu et place de nos propres autorités, lesquelles se traînent les pieds, pour les inviter à s’occuper de l’asphaltage de nos routes en terre battue ainsi que de la réparation de celles existantes mais en piteux état. Les Chinois ont une excellente réputation en la matière s’il faut en croire l’article ci-dessous :

             RD Congo : indispensables et coûteuses routes chinoises

 

Je ne sais pas si nos autorités visitent les autres pays. Ils se rendraient compte que les routes et rues de terre appartiennent au passé. Nous avons du ciment et du pétrole à revendre chez-nous. Beaucoup de nos concitoyens sont au chômage. Pourquoi ne pas entreprendre des travaux d’asphaltage à la grandeur du pays ? La circulation en serait améliorée ; le transport de nos produits s’en trouverait mieux et on créerait des dizaines de milliers d’emplois ? Pour assurer le salaire des ouvriers, on instaurerait le péage.

 

Je n’ai pas abandonné mon idée de créer des usines manufacturières dans nos régions en diversifiant leurs activités de sorte que chacune d’elles jouisse d’une entière autonomie d’une part et que toutes deviennent interdépendantes les unes et les autres. Des routes asphaltées reliant ces nouvelles agglomérations contribueraient faciliter l’accès pour les échanges de produits et les grossistes n’hésiteraient pas à les sillonner pour s’approvisionner.

 

Le gars qui a posé la question de savoir où va notre argent n’a pas tort. Nous pouvons demander à nos partenaires Chinois de nous aider à asphalter nos routes ?

```````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Les peines d’emprisonnement à vie ne tuent pas

Les peines d’amour, elles,, sont parfois fatales

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain!

Rose Laurens - AFRICA-

Commenter cet article