RD Congo - Elections - La demesure

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Samedi 3 décembre 2011

 

Grand Kalle - Independance Cha Cha - YouTube 

 

L’événement du jour

 

Kabila en tête des premiers résultats du scrutin congolais

 

L’article du jour

 

RD Congo – Elections - La démesure

 

Ca y est ! La CENI a commencé à publier au compte-gouttes, ce vendredi 2 décembre, les premiers résultats, à savoir 15,6%, de la présidentielle du 28 novembre en RDC. Lire l'article

 

La fin de la campagne électorale en question est marquée par une forte tension qui fait craindre le pire pour l’après 6 décembre 2011. En effet, les deux meneurs au classement, Joseph Kabila de la MP et Etienne Tshisekedi de l’UDPS, se déclarent chacun victorieux, ce qui en rajoute davantage à la confusion postélectorale. Il faut lire les articles et écrits des internautes pour se rendre à l’évidence.  Chacun y va de sa propre projection. Et pourtant, la compilation des résultats ne fait que commencer !

Début de la compilation des résultats de l’élection présidentielle à Bandundu[lire +]

 

Toutes les projections qui sont faites par des partisans des deux camps ne sont donc que farfelues et ne relèvent que de la manipulation et du chauvinisme :

Evariste Boshab : «Toutes les projections en circulation sont fantaisistes»

 

C’est sûrement pour éviter la manipulation de l’opinion publique et sa désinformation que les autorités ont décidé de faire retirer de la circulation des journaux parus hier :

Kinshasa : rafle des journaux sur l’avenue de la Libération

 

C’est certainement aussi pour les mêmes raisons que qu’il y a eu cet article paru dans Digital Congo, organe d’information proche du président sortant :

Résultats du scrutin des élections 2011 : sous cape la vérité est connue, panique dans les rangs de l’Opposition

 

Apparemment, Digital Congo ne se gêne pas de s’en prendre au leader de l’opposition Etienne Tshisekedi et de le diaboliser au vu et au su de la CSAC, impassible :

Avec sa double sortie du samedi 26 et du lundi 28 novembre 2011, Tshisekedi a manqué ses deux rendez-vous de « martyr » !

 

Avouons quand même que certains faits historiques rappelés par l’auteur de l’article ci-dessus tendent à confirmer la réputation d’Etienne Tshisekedi, considéré par ses adversaires comme un contestataire capable de coups vicieux et ce, depuis l’ère mobutiste.

 

L’heure est très grave car manifestement on s’achemine vers des troubles postélectorales en cas de défaite de l’un des deux antagonistes qui bénéficient chacun d’appuis de millions d’adeptes mais qui se vouent de part et d’autre une haine viscérale dont les signes sont évidents.

 

Le constat fait par la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE), est éloquent.  Les élections de 2011 ont été marquées par la démesure sur quatre facettes : des délais trop courts, des ressources disproportionnelles entre candidats, la sous-représentation des femmes et l’insuffisance sécuritaire.

Une forte mobilisation de l’électorat dans un processus insuffisamment maîtrisé

 

Commençons par les délais. Le rapport estime que la CENI a disposé de trop peu de temps pour organiser les élections dans un pays aussi vaste dont les infrastructures routières notamment laissent souvent à désirer :

 

Mise en place en février 2011, la CENI n’a reçu qu’au mois d’avril le mandat d’organiser l’ensemble du cycle électoral 2011-2013, comprenant les scrutins présidentiel, législatif, provincial et local.

Les préparatifs électoraux ont connu de nombreuses difficultés en raison d’infrastructures insuffisantes et d’un calendrier très serré. La CENI n’est pas parvenue à tenir les délais légaux pour la publication des listes des électeurs et leur l’affichage par bureau de vote avant le scrutin. La cartographie électorale a été communiquée tardivement aux partis politiques ; la liste détaillée des bureaux de vote n’a été disponible que durant la dernière semaine du scrutin.

 

Le rapport dénonce aussi la disproportion dans les moyens dont ont disposé les candidats et note que le camp PPRD s’est approprié des ressources financières, médiatiques et logistiques au détriment des autres partis. Il ne faut donc pas s’étonner outre mesure que certains candidats aux moyens limités aient déclaré forfait en cours de campagne et que d’autres manifestent véhément leur frustration.

Si la campagne a commencé conformément au calendrier électoral le 28 octobre 2011, elle a été marquée par de multiples incidents (atteinte des libertés publique et des libertés d’expression, allégations d’arrestations de candidats, limitations au niveau de la presse), notamment à Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental), Kisangani (Province Orientale), Mbandaka (Equateur) et Kinshasa. Tout au long de la campagne électorale, l’accès des candidats a été fortement déséquilibré dans la majorité des médias publics et privés analysés. La Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) n’a pas joué son rôle de service public négligeant le principe d'égalité et d’équilibre en matière d'information.

Les journaux aussi auraient été placés sous la loi du bâillon sûrement parce que certains medias se sont mis à profiter de la liberté d’expression pour se livrer à du libertinage qui pouvait manipuler ou désinformer la population :

Kinshasa : rafle des journaux sur l’avenue de la Libération

 

Le rapport fait aussi état de la sous-représentation des femmes. Mais cela ne pourrait en aucun cas être pris en compte pour expliquer la situation explosive de ces derniers jours.

 

Le rapport souligne aussi une faille dans la sécurisation des électeurs et du matériel qui a été à la base de la violation des droits des électeurs et des cas de ces bulletins exposés aux intempéries comme ce fut le cas à propos des bulletins abandonnés au soleil à la FIKIN, du convoi du Katanga attaqué par des inconnus ainsi que des bulletins cachés en pleine nature dans la brousse de l’Equateur.

 

De multiples incidents ont été observés à Kananga, Mbuji-Mayi (incidents à la suite d’allégation de fraude et de bourrages d’urnes), Kinshasa (actes de violence à la suite du mauvais fonctionnement de bureaux de vote), Lubumbashi (attaque par un groupe armé), Tshikapa (11 centres de bureaux de vote pillés ou brûlés).

 

Si on se reporte aux points de vue de l’ambassadeur américain en RDC., on en arrive aux mêmes conclusions :

J.F Entwistle : «Les irrégularités minent la transparence du processus électoral»

 

Ce point de vue est d’ailleurs partagé et exploité par un chroniqueur national qui laisse clairement entendre que la CENI n’a pas tout à fait réussi sa mission :

Négligence coupable

 

Il y a des moments où l’on a quand même du mal à comprendre la communauté internationale. En effet, d’une part elle est la première à reconnaitre qu’il y a eu des irrégularités ainsi que des entraves à la liberté individuelle ; d’autre part elle se dit entériner ces mêmes résultats.

 

La Francophonie appelle à la préservation de la paix et au respect des verdicts des urnes

La Belgique appelle les candidats à respecter le verdict des urnes

Les Etats-Unis saluent la détermination du peuple congolais de faire progresser la démocratie

 

A propos de ces irrégularités, on vient de se rendre compte que l’histoire des bulletins hors contrôle pourrait relever d’un scénario bien orchestré par des inciviques qui auraient reproduit des copies de documents afin de les faire passer pour des documents provenant du lot officiel et authentique ! C’est plausible quand ont sait que certains de nos compatriotes sont passés maîtres dans l’art de la fabrication de faux « nkanda » (passeports, billets d’avion, cartes de credit et autres)

Des « preuves » détruites avant d’être présentées à la Céni, aux Cours et Tribunaux et même aux missions d’observation internationale !

 

En tout cas, jamais les Congolais n’ont été autant divisés et n’ont manifesté autant de haine les uns envers les autres. On a l’impression d’assister à une véritable guerre entre des habitants de deux pays voisins. Et pourtant, nous sommes tous des Congolais.

 

De fil en aiguille, nous en revenons au problème de la sécurité du pays. Tous les incidents déplorés, i.e. irrégularités et atteintes aux droits et libertés n’auraient pas eu lieu si le pays connaissait une véritable sécurité tant intérieure que frontalière.

 

Dans un de mes articles, j’avais dit que, s’il ne tenait qu’à moi, les élections de 2011 auraient du être reportées d’un an en attendant que nous ayons la paix et la sécurité garanties par la mise sur pied d’une armée super équipée. Si cet appel avait été entendu, les élections n’auraient pas été perturbées comme ce fut le cas.

 

Entre-temps, les rumeurs continuent de circuler de plus belle. Hier, on a prétendu que Ngoy Mulumba s’etait refugier à l’ambassade des USA. Et ne le voila-t-il pas qui réapparait comme par magie pour faire l’annonce des premiers résultats ! Aujourd.hui on nous annonce que le pays entier serait occupé par des militaires étrangers et mercenaires qui veulent neutraliser les candidats présidentiables de l’opposition à la veille de l’annonce officielle des résultats de peur qu’ils fassent des vagues.  Biloba-loba…

 

 

 

 

 

Bon. Ne nous occupons ni des rumeurs ni des empoignades entre politiciens et faisons plutôt un tour dans quelques bureaux de vote :

Retour sur le déroulement du scrutin dans la ville de Kinshasa, district du Mont-Amba

Retour sur le déroulement du scrutin dans la ville de Kinshasa, district de la Lukunga

Retour sur le déroulement du scrutin dans la ville de Kinshasa, district de la Tshangu

 

Personnellement, dans un pays où foisonnent les organes de presse et où certains medias électroniques et audiovisuels sont la propriété de politiciens, il y a lieu de surveille la liberté d’expression de peur de se retrouver avec plein de manipulations en gros titres des grands journaux et magazines. Liberté n’est pas synonyme de libertinage !

Bravant la CENI : La guerre des chiffres, des tendancieux déterminés à mettre le feu aux poudres

 

Vu le climat actuel, les autorités ont le devoir d’être sur le qui-vive, car, en vérité, en vérité, je vous le dis : la RDC semble assise sur une vraie poudrière.

 

Chers amis en facebook, veillez et priez, car vous ne savez ni le jour ni l’heure ! J’ose espérer cependant qu’on se fait la bile pour rien.

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

 

Savoir ce que tout le monde sait, c’est ne rien savoir

Le savoir commence là où commence ce que le monde ignore

                                                      Rémy de Gaumont

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

 

````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````

Congo - Mbilia Bel - Naza

Commenter cet article