RD Congo - Facebook, la face cachée

Publié le par Vieuxvan

      RD Congo : Facebook, la face cachée

 

 

      YouTube - Indépendance cha cha

 

Depuis quelques jours, je ne reçois plus des demandes d’amis sur Facebook. Cela fait sûrement suite aux 145 messages que j’ai reçus le 16 novembre, date anniversaire de ma naissance. J’ai nettement l’impression que cela n’a pas plu aux pontes de Facebook que je reçoive autant de messages de souhaits. Pourtant, il paraît que ce sont eux-mêmes qui en ont informé leurs utilisateurs.

Les gens qui sont à l’origine de cet abus de pouvoir doivent savoir plusieurs choses.

D’abord, je n’ai jamais demandé de figurer parmi les gens qui recherchent des amis sur facebook. C’est ce dernier lui-même qui me l’a proposé et j’ai accepté. J’en reçois des tas : Twitter, Netlog, etc.

Je suis une figure bien connue dans le milieu des vieux  politiciens et leurs descendants ainsi que celui des médias et des artistes congolais. Il ne faut donc pas s’étonner outre mesure que certaines personnes qui me connaissent me recommandent des amis à elles qui ont entendu parler de moi et qui veulent aussi faire partie du cercle de mes amis. Où est le mal ? Quand un de mes amis me recommande six de ses amis à lui et que j’en choisisse un que je connais de nom ou de réputation, est-ce commettre un abus?  Chez-nous, un adage bien connu stipule ceci : « Les amis de nos amis sont nos amis » Vais-je décevoir mes amis en refusant catégoriquement et en bloc toutes les recommandations de leurs amis qu’ils me font ?

Depuis quelques mois, mes articles paraissent également sur Facebook afin de faire plaisir à mes amis des lecteurs ; cela a augmenté le nombre de mes amis puisque de nouveaux, qui me connaissaient uniquement de réputation par le passé, ont éprouvé le besoin de solliciter mon amitié et de me recommander leurs amis. Est-ce un péché ? Il y a même quelqu’un qui, dans son message, m’a fait remarquer qu’il aimerait que j’en dise davantage !

Si j’ai atteint le plateau de 2114 amis, sur facebook. Je ne me considère pas comme un héros pour autant ? Bien d’autres personnes figurant sur facebook et qui n’écrivent même pas d’articles n’ont-ils pas  plus d’amis que moi ?

Lorsqu’on me recommande des personnes que moi-même je connais de nom et que Facebook me demande si je les connais personnellement - croyez-moi, ce n’est pas toujours de gaieté de cœur, mais je ne veux pas décevoir ces amis -  j’envoie un message à la personne pour lui dire par lequel de ses amis elle m’a été recommandée. La réponse d’acceptation me parvient aussitôt. Est-ce un abus ?

Cet employé de Facebook devrait, avant d’exercer son pouvoir de bâillon et de couperet, savoir que je suis un Africain et que, de par ma culture, la notion d’amis, de frères et cousins est plus étendue que les Occidentaux chez qui la famille se limite à une vingtaine d’individus.

J’en sais quelque chose. Il n’y a qu’à voir le nombre de risible – une dizaine des fois- de personnes qui accompagnent un mort à son enterrement, comparativement à celui des Africains - des centaines -  qui conduisent une personne à sa dernière demeure, surtout lorsqu’il s’agit de quelqu’un de très connu. En ce qui me concerne, un coup d’œil à ma biographie devrait suffire à lever le doute? Je l’ai souvent répété : je ne me cherche pas des amis ni à faire de l’auto-publicité. La réputation ne s’achète pas.  Elle est un don inné.

En tout cas, je ne comprends pas que Facebook, Il nous propose lui-même de rechercher des noms de collègues de travail et de classe que nous aurions peut-être perdus de vue.  Lorsque le contact est établi et que ceux-ci nous recommandent leurs amis à eux, il s’attend à ce que nous les refusions en bloc, arguant que les accepter constitue un abus du système. Je suis reconnaissant à Facebook qui m’a permis de retrouver d’anciens amis et connaissances, mais ceux qui me connaissent savent que, dans ma situation, il y a des millions de personnes qui m’ont connu de visu ou de réputation du fait de la position que j’ai occupée durant une décade à Télé-Zaïre. Il n’y a qu’à consulter ma liste d’amis pour se rendre compte que, juste à titre d’exemple, la plupart des musiciens congolais, toutes catégories confondues, sont des amis ?

Si vous êtes des personnes désirant communiquer avec moi, ne soyez donc pas étonnées que quelqu’un de chez Facebook qui, sans se préoccuper  de connaître notre passé, veuille nous apprendre à choisir nos amis ou du moins à limiter leur nombre. Les préjugés n’ont pas encore dit leur dernier mot.

En guise de conclusion, sachez que « À l’impossible, nul n’est tenu ! » Ne m’en veuillez donc pas.

Merci à tous ceux qui m’ont souhaité joyeux anniversaire et à tous ceux qui auraient voulu le faire mais qui se retrouvent devant un mur. Ainsi va la vie.

La loi du plus fort est toujours la meilleure !

Merci de votre bonne attention !

À demain!

YouTube - ‪Gerev 5/5 :Kintweni (Konono /

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article