RD Congo - frères en Christ

Publié le par Vieuxvan

      RD Congo : frères en Christ

 

      YouTube - Indépendance cha cha

 

Hier soir, décalage horaire oblige, c’était encore le 15 novembre chez-nous. J’ai reçu une quarantaine de messages me souhaitant heureux anniversaire. Ce matin du 16 novembre, quelle ne fut pas ma surprise d’en recevoir 123 ! J’ai été très honoré et flatté par ces marques de sympathie. Cela m’a pris au moins deux heures pour remercier tous ces amis personnellement et individuellement. Mais, c’est fait.

Vous ne pouvez savoir combien j’aime me sentir aimé et apprécié. Je profite du présent article pour remercier toutes celles et tous ceux qui se sont donné la peine de m’envoyer des souhaits d’anniversaire. C’est vraiment « cool » de leur part.

Cet épisode m’amène à vous parler des frères selon la Bible.

Kinshasa a connu une période où les frères étaient à la mode. Parmi eux, je citerai les Kanza, Sakombi, Lutula, Nimy et autres. Ce sont les frères de sang.

Le concept de frères s’étend aussi au simple prochain si l’on se réfère à la Bible :

« Aime ton frère comme toi-même » Les chrétiens lui ont donné un caractère plus circonspect : « Frère en Christ ».

Nous nous retrouvons donc avec deux façons d’interpréter le terme « frère » Les frères sont supposés s’aimer les uns les autres. Mais est-ce toujours le cas ? Pas évident !

Essayons de décortiquer chacun des concepts.

Les frères de sang :

J’ai connu des frères qui s’aimaient réellement et qui s’entraidaient. Les enfants terribles kinois dont j’ai fait mention l’étaient. Mais j’ai connu aussi des frères de mêmes pères et mères qui se haïssaient. Point besoin de vous citer leurs noms.

Les frères en général et les compatriotes en particulier

Il est très difficile de dire si tous les hommes aiment leurs frères. Il existe en effet des personnes égoïstes qui ne songent qu’à leurs propres intérêts et pour qui le monde s’arrête à pas plus de trois mètres à l’entour d’eux. Et que dire de ceux qui, pour des intérêts partisans sont prêts à se haïr mutuellement, allant jusqu’à commettre des meurtres politiques ?

Les frères en Christ

Théoriquement, les frères en Christ sont supposés s’aimer et faire preuve de solidarité entre eux. Cependant, j’ai observé des frères qui se réclament qui de tel Église, qui de tel pasteur, qui de tel Testament au point qu’on ne s’y retrouve plus.

J’ai longtemps essayé de m’expliquer les raisons qui poussent les êtres humains à se détester.  J’en ai retenu une essentiellement : la convoitise. Celle-ci engendre la jalousie, la médisance, la calomnie et même le meurtre. L’apôtre Jacques nous en parle dans Jacques 4 : 1-3.

En parcourant les deux Testaments, nous retrouvons quelques exemples qui illustrent cette réalité.

Il s’agit d’abord de l’histoire de Joseph, fils de Jacob qui a tour à tour été haï par ses propres frères à cause de ses rêves et par l’épouse de Putiphar qui avait des démangeaisons sexuelles.

 Joseph (patriarche) - Wikipédia

 

Ensuite, il y a eu Moïse a été l’objet de médisance lorsqu’il a épousé une Éthiopienne. Sephora, la Femme de Moïse - Mon Univers Biblique

 

Et que dire de Saul qui était jaloux du succès de David qui devenait de plus en plus célèbre ?

               Bibliques : le roi David

 

Enfin, la Passion de Christ nous en apprend beaucoup sur la haine qui peut habiter certains individus. Dans son cas, ce furent Judas (son propre apôtre), les pharisiens, les grands prêtres qui étaient prêts à tout, jusqu’à lui préférer le bandit notoire Barabas, pour s’en débarrasser définitivement, juste par jalousie.

Matthieu 27.18 Car il savait que c'était par envie qu'ils avaient livré Jésus.

 

Les exemples sont nombreux dans la Bible pour nous démontrer ce que, à toutes fins utiles, Jésus nous a lui-même répété plusieurs fois au cours de son ministère :

Marc 3 : 31-35 ; Matthieu 10 : 21 ; etc.

 

Homo homini lupus ! L’être humain est souvent prêt à tout lorsqu’il s’agit de préserver ses propres intérêts. Je vous cite juste quelques exemples. Au plan politique, nous savons la rivalité féroce qui divise Nicolas Sarkozy et Philippe de Villepin. Pourquoi se haïssent-ils au fait ? Au Québec, Pauline Marois et Jean Charest vivent le même scénario. En RD Congo, nous avons vu ce qui s’est passé lors de la dernière élection présidentielle où il y a eu des morts.

 

J’i observé certains individus et j’ai compris que, dans la vie de tous le jours, il faut se méfier des gens qui sont complexés pour une raison ou l’autre : taille, teint, instruction, fric, succès, etc. Ils envient les autres et sont prêts à les « bloquer » Comment, croyez-vous, qu’ils vont le faire ? « Sorodiongo et cie » ! 

Voilà qui empêche des talents africains de s’épanouir. Si j’avais un frère président d’un pays ou d’une grosse entreprise, je ne m’en plaindrais pas, je vous le jure !

Un proverbe de ma province d’origine dit : « Kuavita yaya, koko mu kinzu » Le président Mobutu l,a traduit à sa manière : « Entre un frère et un ami, clamait-il, le choix est clair ! » De ce point de vue, je félicite certaines tribus de la RDC qui sont solidaires. Je leur en veux cependant de se cloisonner, de ne pas se mêler aux autres, se faisant parfois qualifier de « tribalistes » En tout cas, je suis contre ce genre d’attitude. Cependant, en dehors des fonctions publiques, si quelqu’un possède sa propre entreprise et qu’il décide de donner un poste important à son frère, je ne suis pas contre, du moment que le frère en question est qualifié pour le poste en question et qu’il ne se comporte pas comme dénoncé dans Lettre à M. le DG de Franco ou encore « Ba Gérants ya libala » de Mbilia Bel.

Mbilia Bel - Ba Gerants Ya Mabala

 

Mais tout le monde ne raisonne pas comme moi.  J’en connais des gens qui préfèrent souffrir plutôt que de voir leur propre frère réussir. Alors, si vous êtes un individu de cette classe-là, ne vous plaignez surtout pas de croupir dans la pauvreté. « Qui cherche trouve ! »

 

Si nous étendons le concept de la fraternité aux compatriotes, j’ai connu des collègues de travail et même des patrons qui haïssaient tel frère parce qu’il était mieux pourvu qu’eux ou avait plus de succès qu’eux.

 

La Bible enseigne d’aimer son prochain comme soi-même. C’est le deuxième des deux commandement de Dieu. Ceux qui l’enfreignent pour motif de convoitise, peu importe que ce soit à cause d’un poste, d’un profit matériel ou d’une belle femme, sont donc en état permanent de péché. Qui plus est, d’aucuns, impatients de voir leur réussite leur échapper, n’hésitent pas à recourir aux moyens surnaturels, ce qui les mène forcément dans l’antre de quelque féticheur, sorcier ou magicien, lui-même disciple du diable, lui-même errant sur terre, éjecté à jamais du royaume céleste.

 

C’est fou ce que de nombreuses personnalités que nous envions pour leur succès en arrachent dans leur vie spirituelle. Ils vivent constamment sous pression de la part du diable : « Choisis ! » «  Donne-moi ! » «  C’est pas assez ! Donne-en moi encore ! » ? Et le cercle infernal se poursuit jusqu’à ce qu’ils crèvent, victimes d’un arrêt de cœur ou d’un infarctus ou encore d’un cancer. « Ba ndako ebomba sekele » Satan n’a que faire de notre argent. Il s’en fout. Ce sont les âmes que nous lui consacrons qui l’intéressent.

 

J’ai connu bien des gens qui se disaient puissants tant chez-nous que dans d’autres pays (Mobutu, Bokassa, Idi Amin, Saddam Hussein, Ceausescu, Hitler, Mussolini et autres. Aujourd’hui ils ne sont plus que poussière.

“Memento homo quod in pulvere  es et quod in pulvere reverteris”

 

Aimons-nous les uns les autres car « tout passe ; tout casse ; tout lasse » Seul l’amour fraternel reste éternel. Nous pouvons changer de femme mais nous ne pouvons changer de père ni de mère ni de frère ni de sœur durant notre vie terrestre. Cependant, à l’événement de Jésus, cette loi naturelle ne tiendra plus.

 

Le Seigneur séparera les brebis des boucs. Qu’on se le dise !

 

Bonjour !

À demain!

YouTube - ‪Gerev 5/5 :Kintweni (Konono /

Commenter cet article