RD Congo- Kabila=Mobutu: pas d'accord!

Publié le par Vieuxvan

RD Congo : Kabila = Mobutu : Pas d’accord !

 

Je viens de lire l’article ci-dessous, paru dans Africatime sous la plume de Freddy Matundu Lengo. Je ne vois aucune preuve irréfutable qui me fasse croire que les régimes de Mobutu et Kabila se ressemblent.

Rdcongo, de Mobutu aux Kabila, blanc bonnet, bonnet blanc!

 

Je ne prétends nullement que l’auteur a tort sur toute la ligne ; j’aimerais tout simplement l’inviter à ne pas sombrer dans la généralisation. Je n’ai pas besoin de décortiquer l’article de notre ami dans les moindres détails.  Je me contenterai d’aborder quelques volets importants qu’il a passés sous son bistouri.

 

Dans quel système politique la RDC fonctionne-t-elle ? Sommes-nous un pays socialiste ? En répondant  à cette question, on arrive à mieux comprendre la situation. Je vais axer mon survol sur cinq volets, à savoir les élus, le système judiciaire, la liberté d’expression, le développement économique et la sécurité à nos frontières.

 

Commençons par parler démocratie. Les institutions politiques actuelles, à savoir le Sénat, le Parlement et le gouvernement n’ont-elles pas été établies démocratiquement ? Qui a voté nos élus actuels ? N’est-ce pas le peuple congolais lui-même ? Si ces élus ne prennent pas leurs responsabilités, à qui la faute ? Personne ne me convaincra que les dernières élections législatives ont été truquées ? De nouvelles élections pointent à l’horizon. Les politiciens s’activent déjà. C’est l’occasion de pénaliser ceux qui ont fait de fausses promesses lors du précédent exercice ?

 

Dans les pays occidentaux dont les régimes s’apparentent au nôtre, les présidents de la République dirigent l’exécutif sous la supervision politique des chambres et sénats. Quelles sont les compétences et les prérogatives de chacun des échelons ? Le modèle américain peut nous servir de référence. Nous avons, tous, vu comment la réforme de la santé proposée par  Barack Obama a suscité des débats musclés dans les deux chambres hautes. Ce ne sont pas les muscles qui manquent chez nos élus à nous ? S’ils ne sont pas capables d’assumer leurs responsabilités, qui devons-nous blâmer ? Certains de nos politiciens sont là depuis des décennies. Les nouveaux venus ne devraient-ils pas profiter de leur expérience et leur expertise ? En ce qui a trait aux anciens  dinosaures du régime Mobutu, pourquoi seraient-ils exclus du régime actuel ? S’ils étaient si corrompus que ça, pourquoi le peuple les a-t-il réélus ? Ont-ils, tous,  usé de corruption pour se faire porter au pouvoir ? Si l’on avait détenu des preuves, pourquoi ne pas les avoir dénoncés, traduits en justice et rayés des listes ? Ont-ils fait des promesses électorales au peuple ? Ça, par contre, c’est une pratique courante partout dans le monde. Il faut vivre avec !

Au plan judiciaire, les magistrats sont des éminences grises.  Ce sont des diplômés d’universités. On ne peut donc pas les accuser d’incompétence. Sont-ils corrompus ? C’est plausible dans certains cas. D’ailleurs le président Kabila n’a-t-il pas fait le ménage dans la boîte tout dernièrement ? Cependant, cette justice a-t-elle les mains libres ? Dispose-t-elle de pleins pouvoirs  comme c’est le cas dans les pays occidentaux ? Savez-vous que, ici, au Canada ou ailleurs, nul citoyen n’est à l’abri de la loi ? Les juges sont là pour faire appliquer la loi sans aucune considération partisane et sans égard au statut social. Juste un exemple. Ici, le Premier ministre du Québec a dernièrement déposé une plainte contre son ancien ministre de la justice. Ils vont être entendus en Cour. Pourquoi ne le faisons-nous pas chez-nous, le cas échéant ? Quelle est la place du pouvoir judiciaire dans la Constitution ? La Commission des Biens Mal Acquis a bien fait son travail. Qu’est-ce que la justice attend pour poursuivre et sanctionner les coupables ? En cela, notre ami a parfaitement raison. Avons-nous une constitution solide et est-elle respectée à la lettre ?

J’en arrive à la liberté d’expression. J’avais 17 ans et je fréquentais encore le collège lorsqu’il y a eu l’affaire des conjurés de la Pentecôte. Plus tard, j’ai vu Mobutu malmenant Kudia Kubanza alias Kuku Jean-de Dieu au stade du 20-Mai. Le Grand léopard réglait certains de ses comptes en direct ! La plupart du temps, cela se passait en catimini. Combien y en a-t-il eu ? Dieu seul le sait ! Avec l’actuel régime, il y a eu le cas de Floribert Chebeya et d’autres. La justice en a été saisie. Qu’elle fasse son devoir et sévisse sévèrement contre les coupables, quels qu’ils soient !  Les citoyens doivent être libres de s’exprimer et nul n’a le droit de leur mettre le bâillon. Néanmoins, il serait erroné de prétendre qu’il n’y a pas que dans notre pays qu’un tel incident s’est manifesté. « Homo homini lupus »  (L’homme est un loup pour l’homme) Tant qu’il y aura des hommes ! L’important, c’est que la justice fasse son boulot. Si vous saviez le pouvoir des médias en Amérique du Nord ! L’affaire Watergate et l’Irangate aux Etats-Unis,  le Scandale des commandites au Canada, cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Certains lecteurs m’ont déjà  reproché de dire la vérité. Or, dans le monde, si certains scandales ont éclaté, si certains drames humanitaires ont été évités, si des complots ont été déjoués, n’est- pas grâce à la perspicacité de journalistes et enquêteurs fouineurs ? Avez-vous déjà suivi la série « Lieutenant Columbo » à la télé ? Nous sommes les premiers à réclamer la liberté d’expression à cors et à cris; et pourtant, nous sommes aussi les premiers à tolérer que la vérité ne soit pas dévoilée !  

 

À propos de la situation économique du pays, les derniers mois ont prouvé, grâce à l’effacement de la dette extérieure, à la mise en marche des cinq chantiers et à plusieurs projets concrets, que le pays est en bonne voie. Je n’ai jamais vu une telle effervescence depuis l’accession du pays à l’indépendance. Il reste la lutte à la pauvreté, mais le gouvernement Kabila n’a-t-il pas promis que ce serait sa prochaine priorité ? Connaissez-vous l’adage : « Rome n’a pas été bâtie en un jour » ? Les grands travaux en cours ne vont-ils pas permettre la création d’emplois ? J’ai déjà suggéré, comme l’a fait l’ambassadeur de Belgique en RDC, de développer l’industrie agroalimentaire et de faire en sorte que, dans chaque province, il y ait une usine ou fabrique provoquant une agglomération résidentielle. Chaque territoire devrait posséder  sa propre exclusivité en la matière et créer ses propres emplois. J’ai suggéré de construire plusieurs chemins de fer. Dans le cas du Bas-Congo, ils relieraient  Kinshasa et Matadi grâce à des trains de voyageurs à différentes vitesses. Certaines de ces propositions vont peut-être trouver quelque oreille attentive ? Dans le cas contraire, je ne m’en offusquerai pas. Nous avons des experts qui savent ces choses-là mieux que moi !

En ce qui a trait à la sécurité à nos frontières, j’ai écrit plusieurs articles à cet effet. Je me suis montré hostile à ce que nous confiions cette tâche à nos envahisseurs d’hier, et ce, même s’il y a eu réconciliation. La vie est imprévisible. Le pire ennemi de l’homme n’est-il pas celui qui mange avec lui ? (2 Rois 20:15 ; Psaume 41 :10 ; Jean 13 :18) Les relations diplomatiques peuvent se détériorer à un moment ou à un autre. Que ferons-nous alors que nos ennemis d’hier auront déjà été familiers avec les coins et recoins de notre pays ? La légende du Cheval de Troie devrait nous servir de leçon. À ce chapitre, il nous faut faire appel à un pays avec lequel nous ne partageons pas les frontières : les Etats-Unis, le Canada, Israël, la Grande-Bretagne et la France, par exemple ? L’Angola et l’Ouganda viennent de prendre des mesures pour sécuriser leurs frontières. Qu’attendons-nous ?  J’ai suggéré que nous fassions appel aux Américains pour nous doter d’une redoutable armée de dissuasion bien entraînée et lourdement équipée.  Mon idée était-elle folle ? J’ai dit et soutenu que les militaires ne devraient pas se mêler de politique et que leur place est dans les casernes. Avez-vous déjà appris qu’il y ait eu un coup d’état militaire en France, au Canada ou aux Etats-Unis ? Il nous manque une constitution, une vraie, en béton armé ou - si vous préférez - en acier inoxydable, qui ne change pas au gré des vents, humeurs et régimes. C’est tout !

 

La constitution  devrait servir de garde-fou pour le respect les lois, peu importe le titre ou la classe sociale d’un individu. Les Belges colonisateurs ont débarrassé la place. Cinquante ans d’indépendance, trois régimes politiques, des centaines de meurtres politiques et des milliers de diplômés d’universités ( juristes, économistes, financiers, historiens, pédagogues, etc. )  plus tard, vivrons-nous toujours comme à l’époque révolue de la palabre africaine alors que nos ancêtres étaient des analphabètes, bien que pas bêtes? Dans l’affirmative, à qui la faute ? 

 

Mobutu = Kabila ? Non. C’est archi-faux !

 

À demain !

 

 

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article