RD Congo - Le pardon, version africaine

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Mercredi 11 mai  2011

 

 

L’événement du jour

 

Quand on se sait affecté par le virus du sida, pourquoi le transmettre sciemment a d’autres personnes ?

 

De retour en cour pour meurtre prémédité par transmission du VIH

 

L’article du jour

 

 

RD Congo –Le pardon, version africaine

 

Le gars dont il est question dans notre rubrique « L’événement du jour » a provoqué la mort de deux  personnes et en a contamine une dizaine d’autres avec lesquelles il a eu des rapports sexuels non protégés, tout en sachant pertinemment qu’il était atteint du sida. Si vous aviez eu un proche parmi ses victimes, lui auriez-vous pardonné?

 

J’ai entendu deux chrétiens discuter sur la signification du pardon selon les enseignements reçus des pasteurs de leurs deux Eglises respectives. C’était au cours d’une cérémonie familiale où nous avons été invités, ma femme et moi. Je n’en suis pas revenu de ce que j’ai entendu. Je n’ai pas voulu m’immiscer dans la discussion, vu que ce n’était pas un milieu avec lequel j’étais familier.

 

Je crois qu’il est important de savoir la signification de la phrase que Jésus a dite sur la croix.

 

- Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.

 

Ils sont nombreux ceux qui pensent que Jésus plaidait la cause de l’humanité entière par cette phrase. Que non ! Il s’agissait des soldats qui venaient de le torturer et de le crucifier sur l’ordre de Ponce Pilate. (Luc 23 : 39-45)

 

Souvenons-nous que deux brigands étaient crucifies avec lui, l’un à gauche, l’autre à droite. A l’un il n’a pas répondu lorsqu’il s’est moqué de lui ; à l’autre, il a dit : « Aujourd’hui même tu seras avec moi au paradis »

 

Il faut que nous sachions que Jésus est venu pour réconcilier en principe toute l’humanité avec son Père céleste, mais il a donné à chacun de nous le choix d’accepter ou de refuser.

« Celui qui croira sera sauvé. Celui qui ne croira pas sera condamné Marc 16 :16)

 

 

 

Il existe deux races sur Terre, celle des enfants de Dieu, les élus,   et celle des enfants du diable, les damnés. ( Matthieu 22 : 14)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Lorsque nous naissons, nous sommes tous des appelés, c'est-à-dire des humains ayant tous hérité du péché originel. Dieu et Satan se disputent ces appelés, l’un pour récupérer ses brebis, les élus, l’autre pour faire la même chose avec les boucs                                  (Matthieu 25 : 31- 46)                                                                                                                                                                                                                              

 

Jésus nous a prévenus : « Il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus» Jésus est venu sur Terre pour sauver ses brebis. Pour les autres, son message est clair : il a fermé leurs yeux et leurs oreilles de peur qu’ils ne voient et n’entendent de peur qu’ils ne soient sauvés. (Matthieu 13 : 15-23)

 

Dieu l’a juré, les anges rebelles, chassés du paradis (Ezéchiel 28) - entendez les démons- (Ephésiens 6 : 12) ne retourneront jamais au paradis. Or, depuis le péché originel, il y en a qui s’incarnent dans les hommes ; ils naissent en tant que démons (Genèse 6 : 1-7) Ce fut le cas de Judas (Jean 6 : 70-71).

 

A l’inverse, il y a les élus de Dieu qui naissent aussi de femmes, mais ce sont des anges de Dieu – prophètes, pasteurs, évangélistes, chrétiens, etc.… venus sur Terre, qui reçoivent du St-Esprit des dons spirituels pour combattre les serviteurs de Satan, les démons qui se cachent dans certains humains, les rendant esclaves du mal ; parmi eux figurent des assassins, menteurs, voleurs, calomniateurs, blasphémateurs,  fornicateurs,  adultères, violeurs, ivrognes, drogues, fous, sorciers, magiciens et autres.

 

Entre les deux, il y a la multitude. Rappelez-vous la parabole de l’ivraie (Matthieu 13 : 24-30) Le champ, c’est l’humanité ; l’ivraie, ce sont les serviteurs du diable ; le blé, ce sont les élus de Dieu. Souvenez-vous de cette phrase : (Matthieu 7 : 13-14) Quand vous vous promenez dans la rue, posez-vous cette question : « Combien d’entre les gens que vous croisez seront sauvés ? » Puisque si peu de gens seront sauvés, il est bien évident que sur 10 hommes, 4 et mois constituent la minorité de ceux qui seront sauvés. Et, dans votre propre famille, parmi vos proches et cousins, lesquels font partie de cette minorité ? Ne dites donc jamais : « Ah ! C’est mon époux, mon fils ou mon frère ! » (Matthieu 10 : 21-22 et 32-39)

 

Revenons au pardon des péchés (Matthieu 18 : 21-35) Il faut faire attention quand il faut pardonner. Quand vous avez affaire à un non-croyant qui vous a fait du mal, le pardon exige une confession du mal qu’on a fait, une repentance et la promesse de ne plus recommencer.  Pardon = confession + rémission + renonciation. Or, lorsque vous avez devant vous un ennemi qui ne veut rien savoir de votre pardon et veut profiter de votre naïveté pour mieux vous avoir - quand l’esprit impur est sorti d’une maison (Matthieu 12 : 43-45) -, faut-il se laisser prendre au piège ? Eloignez-vous de ces gens-là, dit la Bible.(2 Corinthiens 6 : 17-18) Si quelqu’un s’est vu entrainé dans la consommation d’alcool, cigarette et drogue par des proches et copains et qu’il veuille s’en détacher parce qu’il est devenu un nouveau sauvé, agit-il mal ? Peut-on parler de pardonner lorsque ces gens-là lui en veulent d’avoir fui la débauche alors qu’eux-mêmes veulent mordicus demeurer dans cet état ? Soyons sérieux !

 

 

Par contre, si l’un de ces gens-là veut être sauvé après avoir obtenu son pardon, il faut qu’il passe à une quatrième étape, celle de la conversion, c'est-à-dire que, en plus de renoncer au péché, il accepte de recevoir Jésus en tant que son sauveur et seigneur personnel.  Dans ce cas, la formule devient : Pardon = confession + rémission + renonciation + conversion.

 

Si vous avez un proche qui vient de se repentir, il est important, si vous lui voulez vraiment du bien, de l’inviter à se convertir. S’il refuse, laissez-le dans son égarement et contentez-vous de prier pour lui. Dieu est capable de faire des miracles puisque vous avez déjà semé.

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Sauf pour quelques exceptions, la grosseur d’un poisson n’a rien à voir

Avec l’étendue  ni la profondeur de son habitat aquatique

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain !

Rose Laurens - AFRICA-

Commenter cet article