RD Congo - Les mamelles de la presse

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com
Mercredi 25 janvier 2012

Grand Kalle - Independance Cha Cha - YouTube

L’événement du jour
La prostitution se développe en France avec le crime organisé

L’article du jour

RD Congo – Les mamelles de la presse
En regardant toute cette saga électorale des derniers jours, on a l’impression que la RDC est prise en otage. Je l’ai déjà souligné. Aux USA, au Canada, en France et dans les pays industrialisés, les résultats des élections sont connus le même jour dans la soirée. Hélas ! Ce n’est pas le cas chez-nous. C’est une lacune qu’il faudra combler au plus vite. Cela nous épargnera les tricheries vraies ou alléguées que nous connaissons.
Que devons-nous faire en attendant ? La patrie d’abord ! Peu importe ses défauts, la RDC demeure notre pays. Notre devoir est de trouver des voies et moyens de contribuer à son développement harmonieux plutôt que de nous engager dans des attitudes et comportements qui vont dans le sens contraire.
Il y a une chose qui me tracasse personnellement. J’estime qu’il y a actuellement beaucoup d’intox et de désinformations dans certains médias qui n’aident pas la cause du pays. Je crois qu’il faut attribuer ce phénomène au fait qu’il y a prolifération de journaux et diffuseurs tant radiophoniques, télévisuelles qu’électroniques. Dans un pays qui vient de sortir d’un régime autoritaire, les gens ont tendance à vouloir s’exprimer très souvent sans avoir recours à des sources d’informations fiables. Il faut lire tout ce qui s’écrit sur facebook, par exemple, pour s’en convaincre. Il y circule beaucoup d’injures gratuites aussi. C’est indécent de proférer des injures et menaces individuelles envers une personne qui ne vous a personnellement rien fait sinon le fait qu’il ait des opinions contraires aux vôtres ! C’est un grand tort dans la mesure où cela jette la confusion dans l’esprit de notre peuple.
Je crois que les médias devraient mieux sélectionner leurs candidats journalistes et exiger d’eux l’éthique professionnelle en plus de la compétence. Ce que j’ai dit pour les vidéastes est valable pour les journalistes. Quant aux internautes, ils doivent savoir que ne s’improvise pas journaliste qui veut. Les gens nous jugent par nos écrits. La débrouillardise mène au cafouillage.

Dans cette période de turbulence politique que traverse notre pays, tous les citoyens doivent faire un examen de conscience. La première grande chose à retenir est que nous avons des institutions élues démocratiquement, peu importe leurs défauts, et qu’il appartient à nos élus de trouver des solutions de sortie de crise (s) Nous connaissons tous les fléaux de notre société. Nous avons du pain sur la planche en matière d’éducation civique. Nous n’avons pas le choix, mais il faut être patient plutôt que de brusquer les choses et risquer d’envenimer les situations de controverse. Rome, dit-on, n’a pas été bâtie un jour. Notre devoir, nous qui ne sommes pas des politiciens, c’est de donner nos opinions et proposer des pistes de solutions dans la discipline et sans animosité. Les hommes passent, mais les institutions demeurent.
Neutralité et objectivité. Voilà les deux mamelles d’une presse qui se respecte.

KASSAV - NEW VIDEO - DOUBOUT PIKAN - YouTube

Commenter cet article