RD Congo: les modèles

Publié le par Vieuxvan

RD Congo : les modèles

 

      YouTube - Indépendance cha cha

 

Par hasard, j’ai découvert l’article ci-dessous dans mes lectures du jour :

Le 30 septembre prochain
L’ASBL Artiste en Danger hausse le ton contre la dépravation des mœurs Kinshasa, le 16/09/2010

 

Ce n’est pas la première fois que nos artistes subissent les critiques des mélomanes et gens de bon sens comme ce fut le cas de Socrate, accusé par sa génération :

« Sacrates accusatus est quod corrumperet juventutem ». Certaines de nos danses sont empreintes de vulgarité et d’insanités.

               Scandale à Kampala : La Porno de Tshala Mwana par l’entremise ...

 

Ce n’est pas le « Mutuashi » qui est en cause. C’est l’attitude de certaines danseuses qui l’est. Il y en a qui dévoilent des parties de leurs corps comme s’il s’agissait d’une invite secrète aux mâles en mal de sexe. Et il n’y a pas que Tshala Muana dont les danseuses dépassent quelquefois les limites. J’ai bien apprécié le concert de Pépé Kallé à Abidjan surtout sa qualité acoustique. Cependant, je n’ai pas aimé l’attitude notamment de mon fréere Mundibu Djuna Mumbafu disant : « Komisa ye libata. Bango mpe bawumelaka te, omona asubi ! » Et que dire des coups de fesses de la fille en train de « nikuner »  C’en était gênant ! J’ai lu de la désapprobation sur les visages des épouses de l’élite ivoirienne présente au spectacle.

              YouTube - PEPE KALLE

On ne le dira jamais assez. Sauvegardons notre dignité ! J’ai d’ailleurs souvent dénoncé la dépravation des mœurs dans de nombreux articles.

RD Congo- qui règne sur Kin: Dieu ou Satan? (04/09/2010 )

ED Congo - au pays des insanités (31/08/2010 )

 

Le phénomène n’est pas seulement congolais. Le libertinage fait partie de notre vécu quotidien peu importe le pays où nous vivons. J’ai déjà dénoncé les pratiques et comportements honteux de notre époque. Le laxisme des parents et la complicité des politiciens ont donné libre cours au manque de politesse, à l’impudicité, au mépris de la loi, au rejet de Dieu et j’en passe.

 

Hier, à mon retour à la maison, Maman Jeanne Lutondo, mon épouse, était en train de regarder sur Canal D, une émission qui parlait de l’Apocalypse et de ses effets dans notre univers en ce moment même où tout devient disfonctionnel. Les meurtres, les accidents, les cataclysmes et  les épidémies que nous vivons en ce moment ne sont-ils pas dus à cette insoumission contre les lois divines (pour les croyants) et naturelles (pour les athées) ?

 

L’homme d’aujourd’hui ne veut en faire qu’à sa tête. Pouvez-vous demeurer dix jours sans manger, sans boire, sans fermer l’œil, sans respirer, etc. ? C’est exactement dans cette position que se mettent ceux qui se rebellent contre les lois. Ils sont complètement insensés.

 

 

 

Nous, Africains en général et Congolais en particulier, n’avons aucune excuse en ce qui a trait à la dépravation des mœurs. Nos ancêtres ne nous ont-ils pas appris la politesse, l’honnêteté, la pudicité et tant d’autres vertus ? Je me souviens que, un jour, pour leur rabattre leur caquet, Mobutu a demandé à des journalistes étrangers qui le harcelaient à propos de la corruption dans ses habitudes et chez les membres de son entourage, de qui nous avons hérité tout cela. Et de préciser que nos ancêtres ne connaissaient pas les serrures !

 

De toute façon, de par son insuffisance d’instruction et pas sa tendance à la débrouillardise, notre jeunesse actuelle est déjà sur une pente glissante qu’il sera difficile de redresser. La clé de l’énigme réside dans leurs modèles. Jadis, nous, nous enviions ceux qui décrochaient des diplômes universitaires ou d’études post-secondaires. Aujourd’hui, ce sont les musiciens, les sapeurs et les « article 15-men » qui font la loi. Nous ne pouvons pas leur en vouloir. En effet, ne dit-on pas qu’ « il n’y a pas de sot métier » ? 

 

Cependant, ne perdons pas de vue que l’homme se fie à des modèles. Ceux-ci doivent être les gardiens de ses valeurs. Or, si le modèle lui-même est désarticulé ou pourri jusqu’à l’os, qu’advient-il ? C’est la pagaille, la foire aux cancres !

 

Dans l’un de mes derniers articles, j’ai parlé de la Commission de censure.

N’y a-t-il que l’impudicité qui crie vengeance ? Feu Franco Luambo Makiadi, celui-là même dont j’ai dénoncé certains propos dans ses chansons, et ce, même s’il est un de mes vieux que je respecte énormément, ne nous a-t-il pas laissé un héritage avec la chanson « Très impoli » ?

 

Je vous ai déjà raconté où moi-même j’ai appris le savoir-vivre. Ce fut d’abord en famille dès ma tendre enfance ; ensuite à l’école primaire et au collège ; enfin, j’ai eu la chance d’être le poulain (et pratiquement petit-frère) d’un homme travailleur, honnête et intègre, feu le bourgmestre Georges Luemba de Ndjili, de qui j’ai beaucoup appris. Ce fut lui mon modèle !

 

Nos jeunes actuels ont-ils le même privilège alors que la cellule familiale est en crise et que le manque de ressources financières des parents les empêche de pousser leurs études plus loin ? Qu’ont-ils à attendre de nos écoles qui laissent à désirer du fait de la démotivation des enseignants qui sont mal rémunérés ?

Sit-in devant le Palais le peuple ce 15 septembre 2010
Les syndicats et enseignants veulent se faire entendre

 

Il y a vraiment du pain sur la planche. Il faudrait carrément rebâtir une nouvelle génération. Mais, aussi longtemps que l’autorité parentale sera muselée à cause de l’impuissance des parents de remplir leurs devoirs faute d’obole ; tant que les écoles n’enseigneront pas les bonnes manières comme ce fut jadis le cas avec les écoles confessionnelles ; du moment que les musiciens, qui sont les modèles de nos jeunes d’aujourd’hui, se comporteront eux-mêmes comme des délinquants, nous demeureront encore longtemps dans l’impasse.

 

Que faire en attendant un salut problématique ? Dans un premier temps, ramenons nos artistes musiciens à l’ordre ! Pour le reste, c’est une question de lutte à la pauvreté et de restructuration de notre système d’enseignement.

Ne manquez pas demain: Likofi ya Koffi.

 À demain !

YouTube - ‪Gerev 5/5 :Kintweni (Konono /

Commenter cet article