RD Congo - Lumumba et Kabila, suicidaires

Publié le par Vieuxvan

      Vieuxvan.overblog.com

Lundi 17 janvier 2011

 

      Congo - Mbilia Bel - Naza

*****************************

L’événement du jour

Nouvelle inattendue ! Bébé Doc est de retour en Haïti après 25 ans d’exil forcé.

Haïti: l'ex-président Duvalier de retour au pays après 25 d'exil

 

 

_________________

L’article du jour

 

RD Congo – Lumumba et Kabila, suicidaires

 

Un proverbe mukongo dit : « Lembo wavevoka uvolanga nsombe »

(Ça prend un doigt flexible pour extirper des vers palmistes de leur terroir)

 

En ces journées consacrées à la commémoration  du 49ème et du 9ème anniversaire des assassinats de Patrice Émery Lumumba et Laurent-Désiré Kabila, nos deux héros nationaux, les Congolais de tous les horizons donnent leur opinion sur ces deux hommes qui ont marqué l’histoire de notre pays et dont le destin tragique se ressemble.

 

Il m’a été donné de lire quelques articles dont ceux-ci-dessous et je vais vous donner  mon propre point de vue :

Ce que les jeunes et les femmes pensent de L-D Kabila et P. E Lumumba

P. Lumumba et L.D. Kabila : deux hommes, même destin pour un seul combat

 

En lisant les opinions exprimées par quelques jeunes Congolais dans le journal Le Potentiel,  on peut relever que l’un a péché par témérité et l’autre par anachronisme. Je m’explique.

 

Au sujet de Patrice Émery Lumumba, ce fut un vrai patriote. C’est vrai qu’il avait à cœur l’indépendance et la prospérité du pays, mais il s’y est mal pris.

 

Tout d’abord, il a fait montre d’insolence. Son adresse au Roi Baudouin le 30 juin 1960 fut un soufflet, un affront diplomatique. Nous savons tous ce que les colons nous ont fait endurer, mais était-ce le moment de le leur rappeler ?

 

Étant adolescent, j’ai écouté certaines de ses adresses à la radio. Il n’y allait pas de main morte. Sa phrase fétiche était : « La Blezique a échoué » N.B. À l’époque, les anciens élèves des écoles protestantes dirigées par des anglophones prononçaient mal certains mots français.

 

Tout d’abord, il a fait montre d’insolence. Son adresse au Roi Baudouin le 30 juin 1960 fut un soufflet, un affront diplomatique. Nous savons tous ce que les colons

 

C’était juste une parenthèse. Revenons à nos moutons ! Voici à l’égard de l’attitude de Lumumba ce qu’en pensent deux des jeunes interrogés.

 

Premier extrait

« Quant au premier ministre Lumumba, sa mort a quand même plongé dans l’émoi la population congolaise car elle constituait le premier assassinat politique d’après l’indépendance. Mais je dois, tout de suite, signaler que le premier ministre Lumumba était un gueulard. Et tout n’est pas bon à dire. Il n’avait aucun secret. Ce n’est pas digne d’un bon politicien ».

 

Deuxième extrait

« S’agissant du Premier ministre Lumumba, selon l’histoire qu’on raconte, il était brutal. Il prenait des décisions sans consulter le chef de l’Etat, Joseph Kasa-Vubu. Pourquoi s’est-il précipité pour se débarrasser des Belges qui n’ont pas préparé les Congolais à prendre leur relève ? En tout cas, il est à la base de toutes les difficultés que nous éprouvons aujourd’hui. »

 

À cet égard, il a vraiment manqué de tact.

 

L’autre problème de Patrice Lumumba, c’est qu’il a vécu à l’époque de la guerre froide entre l’est et l’ouest. Comme on peut le lire dans quelques commentaires recueillis chez les jeunes de l’époque actuelle, il était catégorisé comme un pro-communiste et socialiste.  Cela ne pouvait pas lui porter bonheur. Souvenons-nous du « Bloc de Binza » qui était à l’opposé, appuyé par les Américains.

« Au pays, il a un faible pour Patrice Emery Lumumba dont il épouse les idées, politiques notamment. Par conséquent, il a pour ennemi l’impérialisme, le capitalisme et leurs suppôts au pays. »

Son troisième problème, c’est sa naïveté. Il s’est fait abuser par ceux en qui il avait placé sa confiance. C’est entres autres le cas de Mobutu dont il avait fait son secrétaire alors que le gars travaillait pour le camp adverse et l’espionnait. D’ailleurs, n’eût été la fin de la guerre froide et la chute du Mur de Berlin, qui sait si Mobutu ne serait pas encore au pouvoir ? Il était là au service de la CIA pour surveiller les pays  voisins à régimes socialistes. Lumumba, lui, à l’époque, ignorait que son plus proche collaborateur avait été retourné et avait ses propres projets de mégalomanie en tête !

               Pressafrique - Episode V : la résistible ascension de Mobutu ...

Le Congo : Comment et pourquoi l'Ouest a-t-il organisé l ...

 

Pour un politicien qui n’avait pas suffisamment acquis d’expérience en politique internationale,  qui implique les services d’espionnage et de contre-espionnage, Patrice Émery Lumumba a agi en téméraire., tout comme l’agneau devant le loup de le fable.

 

Au sujet de Laurent-Désiré Kabila, je dirais, de prime abord,  qu’il a fait preuve d’anachronisme. Et pour cause ! À son époque, la guerre froide était depuis longtemps enterrée. Il n’avait pas besoin de s’afficher publiquement avec des gars comme il l’a fait, selon ces commentaires :

 

1er extrait

« C’est dans le moule de ce que l’on appelle à l’époque communisme que Laurent-Désiré Kabila fourbit ses armes. Tout à fait normal qu’il s’aligne sur les idées de gauche, avec comme maîtres Mao Tsé Toung, Karl Max, Fidel Castro…Au pays, il a un faible pour Patrice Emery Lumumba dont il épouse les idées, politiques notamment. »

 

2ème extrait

Il prend donc pour modèle les expériences qui avaient cours, depuis des lustres, en Union soviétique, dans la Chine populaire. Il va copier l’exemple du Cubain Fidel Castro et du Libyen Kadhafi avec les comités populaires et les forces d’autodéfense populaire. »

 

Il a aussi quelque peu fait preuve d’arrogance comme nous le montre cet extrait du point de vue d’un jeune :

 

« J’ai, par exemple, appris qu’il avait décroché au nez le téléphone à la secrétaire d’Etat américain, Madeleine Albright, sous l’administration Bush. C’est un affront pour le chef de la diplomatie américaine. »

 

Le troisième problème fut son entêtement. C’est ce qui l’a poussé à refuser les conseils des Américains qui lui conseillaient d’accepter une certaine responsabilité dans le massacre de civils lors de sa marche victorieuse sur Kinshasa.  C’est aussi pourquoi il s’est mis à remettre en question certains accords qu’il avait signés auparavant avec certains partenaires. Un jeune a déclaré :

« D’ailleurs, n’eut été la guerre nous imposée par le Rwanda soutenu par des puissances étrangères, 15 mois après sa prise de pouvoir, il aurait transformé le Congo sur bien des domaines ». Mais les Occidentaux, comme d’habitude, ne veulent pas que notre pays soit développé. C’est ainsi qu’ils ont commandité son assassinat. »

D’aucuns ont insinué qu’il avait été tué pat des « kadogos »

« Ces kadogos n'avaient pas pardonné à Kabila l'élimination physique de leur véritable chef, le commandant Anselme Masasu, et étaient découragés par l'attitude du président, resté sourd à leurs demandes d'argent. »

C’est une analyse trop simpliste. Il y a eu d’autres enjeux, de gros enjeux. D’anciens signataires de contrats de partenariat ne lui ont sûrement pas pardonné sa volte-face.

 

On ne le dira jamais assez : L’Afrique tout entière est encore sous l’emprise des occidentaux. Ce qui se passe en Côte d’Ivoire où la communauté internationale exerce une forte pression nous le prouve. Le mécontentement des Occidentaux depuis que la Chine investit dans les grandes entreprises en Afrique en est une autre preuve. Lisez donc cet autre point de vue d’un jeune ;

 

« Aujourd’hui, la RDC est sous l’emprise des partenaires occidentaux si bien que rien ne peut se faire dans le pays sans qu’une main occidentale couvre le projet. Qu’on réhabilite une école, qu’on réfectionne une route, que l’on paie les décomptes finals des entreprises ou banques liquidées, qu’on organise des élections – et les exemples sont légion – c’est toujours l’Occident qui rythme la cadence »

 

Lumumba et Kabila s’attaquaient à plus fort qu’eux. La RDC est un grand pays qui a toujours fait la convoitise des autres. Nos dirigeants n’avaient pas assez d’expérience ni des moyens pour y opposer quelque résistance d’autant que technologiquement nous sommes très en retard sur les autres qui disposent de tous les moyens au plan des communications, de l’armement, de l’informatique et autres.

Je ris souvent de voir cette armée composée de piétons qui parcouru 900km pour marcher sur Kinshasa. Si les Forces armées zaïroises avaient disposé d’avions de chasse et de véhicules blindés,  cette armée-là aurait été réduite en bouillie et les rescapés se seraient éparpillés à qui mieux-mieux dans la brousse.

 

C’est vrai que nous avons des ressources naturelles inépuisables. Mais, est-ce suffisant ? Commençons par nous doter de moyens et équipements modernes de façon à pouvoir traiter avec les autres d’égal à égal. Cela passe bien sûr par la coopération bilatérale qui exige d’une part le nerf de la guerre qui nous vient des autres puisque nous ne pouvons exploiter nos richesses par nous-mêmes, et d’autre part la patience et la diplomatie, deux qualités que possède le président actuel Joseph Kabila. Le jeune n’a pas l’habitude des meetings populaires et déclarations intempestives. Il m’arrive parfois de le prendre pour un sage Mukongo

 

Bref, Patrice Émery Lumumba et Laurent-Désiré Kabila ont fait preuve de patriotisme et de courage : Sanguis martyrum, semen christianum…Il n’y a pas de révolution sans effusion de sang. Cependant, ils ont manqué de logique et de tact. Jusqu’à preuve du contraire, l’Afrique dépendra de la coopération internationale. Le tout, c’est de savoir traiter d’égal à égal avec nos partenaires.

 

« Nlembo wavevoka uvolanga zi nsombe » Les Bakongo ne sont pas fous.

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » (Jean de la Fontaine)

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Pierre qui roule n’amasse pas mousse

Sauf si c’est une avalanche

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain!

Rose Laurens - AFRICA-

Commenter cet article