RD Congo - Oeuvres choisies -Lucie Eyenga

Publié le par Vieuxvan

Vieuxvan.overblog.com

Dimanche  27 février 2011  

 

C’est ce soir qu’aura lieu la prestigieuse et traditionnelle Soirée des Oscars ‘a Hollywood. Demain, nous ferons avec vous le point de cet événement. Voici une analyse consacrée au choix du meilleur film.

 

*****************************

L’événement du jour

Yémen: le président Ali Abdallah Saleh lâché par de puissants alliés

Des images scandaleuses : Le plus gros scandal par un pasteur africain

_________________

L’article du jour
 

9/20

Oeuvres choisies 4: Lucie Eyenga, une étoile méconnue.

 

Les chansons ont plusieurs fonctions. Il y en a qui font danser ; d<atres qui font rêver ; d’autres qui sont patriotiques ; d<autres qui sont publicitaires ; d’autres qui sont d’adoration et d’autres de louanges.  Une voix qui a marqué mon enfance, c’est celle de Lucie Eyenga. Je ne connais pas vraiment son histoire parce que j’étais trop jeune à l’époque.

 

En ce temps-la, la télévision n’existait pas ni les systèmes de son pouvant enregistrer ou lire des cassettes audio. Nos parents avaient des postes de radio  l’ancienne qui diffusaient les programmes , mais j’ai toujours rêvé de me faire un CD avec ses chansons qui ont marqué le cours de notre histoire.

 

Cette femme , qui a vécu à une époque où la femme congolaise n’était pas encore émancipée, a su séduire les mélomanes avec sa voix douce et ses thèmes tels que Bolingo ya Lajoie, Yaka mama,  Ah ! Baninga, Bisengo ya biso mibale, Brigitte, Faute na yo moko et autres.

 

Ce que j’admire surtout d’elle, c’est de s’être intégrée au milieu d’hommes à une époque où ce n’était pas facile. Beaucoup de musiciens ont décroché, mais elle, elle a su donner le change que ce soit avec le Rock-A-Mambo, le Negro-Jazz et d’autres ensembles d’enregistrement, semble-t-il. Ceux qui connaissent bien les musiciens savent qu’il n’est pas toujours facile de vivre avec eux. Certains d’entre eux sont portes sur la drogue pour vaincre leur timidité ou avoir plus d’inspiration. Deux fois, des musiciens célèbres actuels m’ont dit : « Vieux, yo obongi na ba boule »  Pour les

anciens, Tino Baroza fut mon vieux et Mwamba Déchaud le frère d’un ami, Dr. Nico.

La seconde raison pour laquelle je lui rends hommage, c’est qu’elle a toujours eu un timbre particulier et des chansons originales. C’est vraiment à l‘inverse de la musique congolaise actuelle. Je vous dirai sincèrement qu’il m’est parfois difficile de distinguer de qui est telle œuvre musicale parce qu’elles ont l’air de se ressemblent.

 

À l’écouter, on se rend compte qu’elle fut une artiste très inspirée et surtout originale. En tout cas, elle est la pionnière des Etisomba, Photas, Abeti Masikini, Mpongo Love et Mbilia Bel. Celle-ci vient en deuxième position pour moi parmi les artistes femmes citées. J’écoute souvent Phénomène, Bameli soy, Contre ma volonté, Lisanga ya bambanda, Naza, Mamboti, Nazali mwasi,  et autres. Ses thèmes sont actuels, riches et varies; sa voix a son timbre particulier ; ses chansons sont bien rythmées. Et personne pour illustrer toutes ces belles œuvres !

 

Cette femme-là devrait figurer parmi les précurseurs de notre musique. Ses chansons semblent n’avoir pas vieilli. Bien sûr, la plupart de celles dont je dispose sont des « re-make » avec le guitariste Nedule alias Papa Noël mais elles sont superbes. 

 

````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Vivre d’amour et d’eau fraîche

C’est mener une vie de couple à court terme

 

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain!

Rose Laurens - AFRICA-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article