RD Congo - Polémique

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Dimanche 30 octobre  2011

 

Grand Kalle - Independance Cha Cha - YouTube 

 

L’événement du jour

7 milliards d'humains sur la planête  

 

L’article du jour

 

RD Congo - Polémique

 

J’ai trouvé sur ma page profil Facebook un article écrit par un certain Kibwe wa Kasaka qui présente la déclaration faite par le comédien Masumu Debrendet, lequel est ouvertement en faveur du candidat Joseph Kabila et pourfende autant les anciens politiciens dans la course – je présume qu’il s’agit de Tshisekedi et Kengo - les Combattants qui causent des maux de tête aux artistes qui désirent se produire en Europe occidentale.

 

J’ai bien connu Masumu Debrendet puisqu’il a été l’un des quatre comédiens de Théâtre de Chez-nous diplômés de l’INA avec Kakusa et Sonzo. Une sorte de pince sans rire, il était cependant très prompt à la contestation quand quelque chose ne lui plaisait pas. C’est moi qui lui ai collé le sobriquet de Debrendet. Lui-même s’en est ajouté un autre « Meka okangama » Dans un régime comme celui dans lequel nous évoluions, cela sous-entendait  beaucoup. 

 

Quand Tshitenge Nsana a été nommé conseiller au cabinet de Nguz-a-Karl-bond, j’ai profité de cet aspect contestataire de la personnalité de Ndungi alias Masumu. J’ai fait la même chose avec les autres. Ils sont devenus Kwedi l’intransigeant, Mabaku l’escroc, Monoko l’arrogante, Nyoka le gars plein aux as, Ebale le « m’as-tu-vu », Bomengo la « mapeka » naïve, Mopepe l’infidèle, Mabele la fille à papa, etc. « Ndeko ya », « L’enfant de mon chauffeur », « Keba na muana ya moninga » en sont des exemples. Ce fut un vrai plaisir que de travailler avec cette équipe-choc là ! Malgré nos moyens de bord, nous visions la perfection. Contrairement à ce que j’appréhendais, ce virage fut plutôt bien reçu même par la caste au pouvoir elle-même. Je me suis fait personnellement quelques amis de plus dans l’entourage du président et de certains généraux. Quand Tshitenge est revenu parmi nous, nous avons continué sur la même lancée. Le Groupe Salongo était devenu une vraie institution.

 

J’étais au Canada, quelques années plus tard, lorsque j’appris que Masumu s’était mis les pieds dans le plat en disant ouvertement en direct à la télévision de la Nsele au président Mobutu qui s’attendait à ce qu’il l’encense, que le peuple ne voulait plus de lui et qu’il fallait qu’il quittât le pouvoir. Lorsque j’appris cette histoire, je me dis qu’il était bien hardi voire même suicidaire. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé après mais je crois qu’il a été renvoyé pour quelques années dans son village natal. Il se peut que je me trompe mais il semble que lors de l’incident avec Mobutu, ce dernier avait soupconne le « Vieux Tshi-Tshi d’avoir commandite l’acte de Masumu. Vrai ou faux ? Et voila qu’aujourd’hui certains compatriotes croientque l’une des cibles visees par sa fracassante declaration soit le meme Tshisekedi. Comment savoir ? Quoi qu’il en soit, Ndungi Masumu, c’est un gars gentil, altruiste et honnête, mais c’est aussi quelqu’un qui n’a pas sa langue dans sa poche. Que voulez-vous ? A chacun son tempérament !

 

Revenons à ses propos d’il y a deux jours qui ont fait le tour du monde. Je suis parfaitement d’accord lorsqu’il parle de libertés d’expression et d’opinion. Ne dit-on pas, en effet, que « du choc des idées jaillit la lumière » ? Il a raison de défendre sa position ; les combattants, ses vis-à-vis, eux aussi, ont le droit d’avoir leur position. Moi, je trouve ça tout à fait normal. Là où le mât blesse, c’est lorsque le ton monte de part et d’autre et que certains propos vexants sont échangés de part et d’autre. On se croirait en face de citoyens de deux pays en guerre ! Selon moi, la campagne électorale congolaise devrait plutôt ressembler au célèbre Carnaval de Rio ou les écoles de la samba rivalisent en looks, couleurs, accoutrements, musiques, rythmes et chorégraphies dans une ambiance féerique…

 

Nous sommes tous des frères et avons à cœur le développement de notre pays. Faisons-le dans le respect des institutions et celui réciproque entre concitoyens.

 

Moi-même deux candidats suscitent mon intérêt. J’aime bien le jeune Kabila pour ses réalisations tangibles et mesurables dont la liberté d’expression, les Cinq chantiers, l’élimination de la dette et ainsi que les actes concrets que lui et son épouse, Maman Olive, ont posés pour préparer sa campagne électorale. Rien n’est parfait, bien sûr. La famine et sécurité à l’est du pays sont ses deux Tendons d’Achille. Mais, je souhaite aussi que Kengo wa Dondo fasse équipe avec lui. Ce dernier est un leader réputé pour sa rigueur, son instruction, son expérience et son bon sens. Je me souviens de deux épisodes : celui où il avait fait emprisonner Franco Luambo Makiadi et celui où il avait ordonné une enquête sur un vaste réseau de fonctionnaires corrompus impliquant des fils du président Mobutu lui-même. Or, Kabila et Kengo ne sont pas dans le même camp. Alors, quoi faire ? Heureusement que je n’irai pas voter.

 

Laissons les politiciens s’affronter avec leurs discours, promesses électorales et invectives mutuelles. Que le meilleur gagne ! Refilons-leur des idées à l’occasion. Mais, de grâce, arrêtons les outrages et la violence qui ne mènent à rien sinon à nous diviser alors que le pays veut nous voir unis.

 

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Tous nos doigts n’ont pas la même grandeur

Pourtant ils nous sont tous utiles escalader un arbre

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

 

````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````

Congo - Mbilia Bel - Naza

Commenter cet article