RD Congo - Que se passe-t-il avec l'UDPS ?

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

            Mercredi 20 juillet 2011

 

      Congo - Mbilia Bel - Naza

L’événement du jour

 

États-Unis : compromis budgétaire en vue au Sénat

 

L’article du jour

 

 

Que se passe-t-il avec l’UDPS

 

Le 4 janvier 1959, adolescent, je me trouvais à Kinshasa en pleine période des grandes vacances, lorsque se sont produits les troubles qui ont obligé la Belgique à convoquer la Table ronde qui nous a menés à l’indépendance.

 

Cette manifestation n’avait cependant pas été planifiée. Il a fallu une étincelle au cours d’un match de football au Stade Tata Raphaël pour que tout explose. Les victimes de ces incidents furent les Blancs installés dans la capitale et particulièrement ceux qui tenaient des commerce notamment sur l’avenue Prince Beaudouin (Kasa-Vubu} au croisement de Bongolo. Je crois que le quartier se nommait Foncobel à l’époque.

 

Cela fait un demi-siècle que nous sommes indépendants. Les Belges sont rentrés bien tranquillement chez-eux pour manger le « mbumburutere » (pommes de terre) C’est nous-mêmes qui sommes maitres de notre destin depuis ce temps-là.

 

Nous avons décrié les fléaux du mobutisme et de la 2ème République. Nous avions un parti unique et un régime militaire où toute contestation était réprimée sévèrement. Quand le multipartisme a fait timidement son apparition, Mobutu ayant lâché du lest par la force des choses, l’UDPS fut l’un de ces partis mal aimés. Son leader Etienne Tshisekedi fut l’une des bêtes noires du régime. Nous avons appris tout ce qu’il a personnellement souffert et les risques qu’il a courus.

 

Beaucoup de Congolais ont fondé leur espoir sur l’UDPS aux dernières élections législatives. Malheureusement, Tshisekedi a décidé de ne pas se présenter. Qui part à la chasse perd sa place. Les autres ont acquis pignon sur rue et se sont unis. C’est notamment de la majorité présidentielle.

 

Pendant que Tshisekedi parcourt le monde à la recherche de soutiens financiers, ses adversaires sont déjà sur le terrain en République Démocratique du Congo et affermissent leurs assises.

 

Du coté de l’UDPS, ce n’est pas encore le jet d’éponge mais presque. C’est en tout cas l’impression que donnent ces manifestations de violence dont ses militants s’illustrent actuellement. Cela dénote une certaine frustration.

 

Kinshasa , 19/07/2011

Elections 2011 : Tshisekedi en plein dans la logique de la contestation

 

Ce qui se passe aujourd’hui est à l’inverse de ce qui se passait du temps de la 2ème République alors que ce sont les manifestants qui de faisaient bousculer alors que leurs marches de protestation étaient pacifiques. Comme je l’ai dit dans l’un de mes articles, la contestation est une démarche légitime.

RD CONGO - La monarchie à l'honneur

 

Le nouveau visage des militants de l’UDPS a de quoi inquiéter. La tentative de ralliement entre Tshisekedi et Kamhere ayant échoué, on se demande ce qu’est devenu le projet de constitution d’une forte opposition officielle. Les divisions ne les favoriseront pas, c’est sur !

 

A cette allure-là, les chances de Tshisekedi risquent d’en prendre un grand coup d’autant plus que ses militants, jadis pacifistes, semblent verser désormais dans la violence, ce qui est loin de faire bien paraître leur parti à l’électorat. Déjà que l’UDPS, malgré son ouverture nationale, est considéré par plusieurs comme un parti des Baluba des deux Kasaï.

 

EtienneTshisekedi a intérêt à dire à ses militants de se tenir cois, sinon, il risque de ne jamais devenir président de la République, du moins pas pour la prochaine législature.

 

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

 

La pensée du jour

La chasse à courre se pratique en groupe, à cheval

Avec des chiens, des cors et des cris

 

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain !

Rose Laurens - AFRICA-

Commenter cet article