RD Congo - RTNC: il était temps...

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Dimanche 19 juin 2011

 

L’événement du jour

L'Otan a frappé accidentellement des rebelles libyens

 

 

     L’article du jour

 

 

    RD Congo – RTNC : Il était temps…

 

Je suis heureux d’apprendre qu’il va y avoir une redevance en faveur de la RTNC, tel que vote par le Senat.  Il était temps.

Adoption par le Senat de loi sur la redevance due à la RTNC[lire +]

 

J’ai déjà déploré le statut de parent pauvre de la RTNC qui n’était pas capable de payer leurs droits aux artistes. Pourtant, à notre époque, ce sont les musiciens et les comédiens qui faisaient le bonheur des téléspectateurs.

 

sont allés les droits d'auteur?

 

Je ne condamne pas les responsables de la RTNC pour les droits non verses aux artistes. La conjoncture de l’époque le voulait. La Cite de la Voix du Zaïre elle-même n’aurait pas existe sans les compagnies françaises telles que Thompson. Vous avez appris ce qui est arrive a la Tour et aux installations techniques lorsque les Français ont plie bagages.

 

Quoi qu’il en soit, à une époque où la RTNC était le seul diffuseur télé, elle a livré la marchandise. La qualité des journalistes ne faisait aucun doute. J’ai souvent observé ce qui se passe ici au niveau des textes, je puis vous affirmer pour avoir réalisé en direct des milliers de journaux télévisés, que nos journalistes maitrisaient mieux la langue française que certains journalistes d’ici dont le français est pourtant la langue maternelle. J’en veux pour exemple la période des fameuses cartes blanches.

RD Congo: adieu Dodo!

Au niveau des réalisateurs, producteurs, animateurs et techniciens, la RTNC se défendait aussi pas mal. La preuve est que, en 1979, nous avons été réquisitionnés pour aller couvrir avec notre car de reportage les obsèques nationales du président Marien Ngouabi de l’autre coté du fleuve et c’est moi qui fus aux commandes de cette retransmission en direct. Mais il existait tant d’autres personnes qualifiées qui œuvraient au sein de cette grande entreprise, occupées à diverses tâches et s’étalonnant sur plusieurs échelons, à la satisfaction générale des téléspectateurs.

Cinéma congolais: tout n'a pas été dit.

 

Et que dire des variétés musicales de l’époque ? Les émissions « Concert des auditeurs » et « Place aux vedettes » pour la radio ainsi que « Chronique musicale », « Kin-Kiese » et « Kin-Show » étaient des passages obliges de nos musiciens, tous sans exception. Dans les années 70-80, il s’en est créé des orchestres qui voulaient que nous fassions leur promotion !

zaiko langa langa

MPONGO LOVE DÉCEPTION D'AMOUR

 

Pour ce qui est du cinéma, bien que cet art ne soit pas encore développé chez-nous, nous avons quand même eu des comédiens qui nous en ont mis plein la vue » Ngadiadia, Mangobo, Siatula, Koko dia Nzombo et autres, sans oublier le groupe Salongo avec sa brochette de vedettes.

RD Congo - L'héritage du Groupe Salongo

 

Bon an, mal an, la RTNC a fait la fierté du pays et je crois qu’elle demeure encore la référence en tant que télédiffuseur. J’ai dernièrement salue la nomination de deux nouveaux dirigeants à la tête de cet organisme.

RD Congo - la RTNC aujourd'hui

 

Avec cette loi, espérons que les artistes vont enfin percevoir ce qui leur est du.

Et ne plus demeurer dans la situation que j’ai dénoncée un jour dans l’article ci-dessous Salongo alinga mosala.

 

J’espère que la qualité des programmes ainsi que les conditions de travail de la RTNC vont s’en ressentir et se voir davantage améliorées pour le grand bien de nos concitoyens mordus de la radio et de la télé. Il reste à savoir cependant comment le gouvernement fera pour collecter l’argent des redevances, car il existe des citoyens qui n’ont pas la télé chez-eux. Attendons voir !

Mokili e changer Nyboma &

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Comme pour la mangouste vs le cobra,

Pour tout être animé ou spirituel, peu importe sa force,

Dieu en a créé un autre qui cause son effroi

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain !

Rose Laurens - AFRICA-

 

Commenter cet article