RD Congo : Sapeurs, seul le ridicule tue

Publié le par Vieuxvan

Vieuxvan.overblog.com

Dimanche 6 février janvier 2011

 

      Congo - Mbilia Bel - Naza

*****************************

L’événement du jour

Les violences en Égypte s’estompent avec le temps mais la tension demeure. Au 13ème jour des émeutes, le peuple écœuré veut plus que jamais la tête d’Hosni Moubarak.Égypte: un 11e jour de soulèvement sans violence

 

 

_________________

L’article du jour

RD Congo- Sapeurs, seul le ridicule tue

Jeudi 10 février 2011, les sapeurs des deux rives du majestueux fleuve Congo vont se retrouver à Kinshasa pour commémorer l’anniversaire du décès de leur fondateur Adrien Mombele mieux connu sous le sobriquet de Stervos Niarkos. Voici un article qui nous décrit d’avance cet événement.

              Congo-Kinshasa: Hommage à Stervos Niarkos - Spectacles, défilés ...

 

Je leur souhaite d’heureuses réjouissances. En même temps, je me pose la question de savoir pourquoi ils ont choisi un jour de semaine pour célébrer cet événement au lieu d’une fin de semaine.  C’est vrai que l’anniversaire tombe le 10 février pile, mais cela n’empêche qu’on aurait pu fixer les célébrations le 11, 12 et 13 février ?

Est-ce à croire que la majorité des sapeurs sont des sans-emplois ou des gens qui vivotent grâce à la débrouillardise ? Cela porte à le croire.

 

A propos de la sape, j’ai reçu un commentaire au sujet de mon article paru dernièrement sous le titre RD Congo - Sapeurs ridicules (Une mise au point s’impose.

 

Je ne fais personnellement pas partie des sapeurs. Si j’étais comédien, ce serait sûrement différent. À Hollywood et à Cannes, lors des festivals, les comédiennes s’en donnent à cœur joie sur le tapis rouge. Ce sont les démonstrations collatérales du métier. Ça n’offusque personne. Ces millionnaires, qui ne savent parfois pas que faire de leur argent, ont bien le droit de se défouler.

 

La mode est un phénomène très courant partout à travers le monde, surtout chez les femmes. Depuis que Dieu a créé la femme, les commerçants font des affaires d’or. Les bijoux, le rouge à lèvres, les perruques, les crèmes de beauté, les teintures à cheveux, les belles robes, les chaussures, le soutien-gorge, les parfums, etc. Ça n’en finit plus.

 

Si les femmes n’existaient pas, que seraient devenus les hommes ? Des moins que rien. Je vous donne juste un exemple. À qui nos musiciens dédieraient-ils leurs chansons si l’amour n’existait pas ?

 

L’exclusivité et l’originalité de la sape ou la sapologie, appelez-la comme il vous plaira, réside dans l’extrait que voici:

« Le plus grand objectif visé par cette religion, c'est avoir les habits les plus coûteux en terme de milliers de dollars ou d'euros et qu'ils soient de la dernière création. Ainsi, on sera proclamé «Grand sapeur ou grand prêtre».

 

Papa Wemba, qui s’est associé à Stervos Niarkos  dans la vulgarisation de cette « religion du kitendi » dans les chansons, s’est montré très fertile en imagination. Il n’y a qu’à penser à la chanson Kaokokokorobo qui a fait un tabac du tonnerre :

Kaokokokorobo

 

J’apprécie bien son don de créativité et je n’ai rien contre ses adeptes de la sape. Les gens sont libres de s’habiller comme ils l’entendent. Je connais des artistes, gens d’affaires et fonctionnaires qui aiment s’habiller chic. D’ailleurs les Congolais ne sont-ils pas fiers d’être qualifiés comme un peuple qui s’habille bien ? Tout ce qui fait la fierté de notre pays, moi je l’apprécie. Je connais plein de gars et de nanas mordus de la sape qui affichent des looks qui ne choquent pas. Ils sont éparpillés partout : en Belgique, en France, en Grande-Bretagne, en Suisse, aux Etats-Unis, au Canada et j’en passe. Parmi eux figurent  des amis et connaissances tels de jeunes anciens techniciens, mes collaborateurs de Télé-Zaïre des années 73-73, dont Papa Julien, Kele Kilaba et Tonton Mabaka. Deux d’entre eux résidaient sur l’avenue de la Victoire, non loin du quartier baptisé « Molokai ». Ils étaient des fanatiques inconditionnels de l’orchestre Viva la Musica et ils étaient de tous ses concerts. C’est d’ailleurs grâce à eux qu  j’ai rencontré pour la première fois Papa Wemba. Nous avons tout de suite sympathisé, lui et moi ayant des dons et talents en commun.

 

Qu’ils peuvent être impressionnants, les sapeurs qui se respectent ! Il n’y a qu’à leur couler d’un œil panoramique de la tête aux pieds pour se rendre qu’ils sont « bien coiffés et bien habillés » et de renifler l’air ambiant pour sentir qu’ils sont « bien parfumés » C’est de toute beauté !

 

Comme vous vous en rendez comte, ce ne sont pas ces compatriotes-là que je dénonce. Mais, les autres, ceux qui arborent des tenues et postures extravagantes et « m’as-tu vu » qui les font ressembler à un caméléon ou à un paon. Voyez ces sapeurs de Bacongo à Brazzaville, qui en complet rose, qui en groupe pipes aux lèvres, qui encore à côté d’un tas d’immondices. Franchement ! Tintin au Congo, où es-tu ?…

Jan 16, 2011: Sapeurs - The Cellar

 

 

En tout cas, un homme, qui arbore un complet rose, passe ici pour un pédé. Le rose sied mieux aux gonzesses. Le rouge vif, lui, peut vous être fatal. Je connais le slogan « Attaquez le taureau » Mais, ce taureau-là n’est pas le même qui se trouve dans les fermes de Kinkole ou du Plateau des Batékés. Cette race-là, si vous mettez un complet rouge devant elle, elle risque de vous charger et vous éventrer.  Parlez-en aux toréadors d’Espagne et d’Amérique latine !

 

Tiens ! Au moment où j’écris cet article, je viens de tomber sur d’autres photos de sapeurs brazzavillois qui, eux, préfèrent le cigare. Madre de Dios!

PHOTOGRAPHY / BRAZZAVILLE'S SAPEURS | AFRICA IS A COUNTRY

 

Je me demande ce que ces messieurs ont à fumer la pipe ou le cigare. Pour montrer qu’ils sont riches comme le Grec qui a prêté son sobriquet à leur fondateur ou à son illustre compatriote Aristote Onassis ou encore carrément à Crésus ? L’habit ne fait pas le moine, mes amis ! Feu Pépé Kallé a bien résumé la situation : « Matoko ma Kinshasa, muna poche eloko te » (Les jeunes Kinois logent le diable) Ce ne sont pas tous les Kinois qui ont la poche trouéée, mais il y en a « en masse » (« beaucoup ? en Québécois)

 

Il y a aussi le climat et les circonstances dont il faut tenir compte. Ici au Canada par exemple, les hommes, qui portent des tenues d’hiver en plein été, passent pour des « Martiens » On se demande comment ils font pour ne pas étouffer sous la chaleur. Pourtant le soleil d’ici brûle moins que celui d’Afrique centrale. Les gens qui les croisent dans la rue rient d’eux sous cape. J’en sais quelque chose parce que des amis m’en ont déjà parlé et se moquaient de nos frères nouvellement débarqués au Canada. Avec le temps, ces derniers se rendent compte de leur ridicule et adoptent des tenues plus appropriées aux circonstances et saisons; ils portent des griffes sans forcément être ostentatoires.

 

Lors de l’un de ses passages à Montréal, alors que j’étais absent de la ville pour des raisons professionnelles, Papa Wemba est allé manger un morceau au restaurant « La Paillote » où travaillait mon épouse Maman Jeanne avant qu’elle n’ouvre sa propre boutique « Aux Sources de l’Afrique » Le co-fondateur de la sape arborait un look estival pourtant bien griffé. J’ai même un jeu de photos où il est en compagnie et en conversation avec la précitée. Il faut être un Congolais ou un de ses fanatiques pour l’identifier sur ces images où il fait preuve de modestie et de simplicité.

 

L’autre point sur lequel je voudrais revenir, c’est celui de la publicité gratuite que nos sapeurs font des grands couturiers européens et orientaux. Les sportifs portent des griffes de grandes marques internationales Nike, Rebook, Addidas et autres. Ils touchent des millions pour ça. Combien nos sapeurs à nous touchent-ils des couturiers Versace, Giorgio Armani, Yoshi Yamamoto, Louis Vuitton, Kasamoto, Masatomo,Jean-Paul Gaulthier, Dolce & Gabbana, dont ils font la promotion à l’insu même de ceux-ci ? « Mpavalas » (kimboma-Bas-Congo) « Kima mosi ve » (kikongo vernaculaire) Pas « une cenne » (joual québécois) Nothing ! Pas un radis ! En quoi consiste le plaisir de ces sapeurs ? Juste d’impressionner leur entourage ?

 

 

 

 

Enfin, je crois sincèrement que certaines de nos célébrités peuvent joindre l’utile à l’agréable en créant leur propre marque comme l’ont fait  Sean Combs alias Puff Daddy ( P. Diddy )  pour la marque Sean John, Jay-Z pour Roccafella et 50 Cents pour G-Unit.

Sean John clothing - the famous Sean John' hip hop clothing brand

 

Dites-moi pas (« Ne me dites surtout pas » en québécois) pas que seules les marques étrangères ont la cote. Dans ce cas, pourquoi se plaindre du néo-colonialisme alors que nous le professons et cautionnons nous-nous-mêmes ? Pourquoi Papa Wemba ne créerait-il pas sa propre marque, « Bakala dia Kuba » par exemple, qui serait populaire auprès de ses fans et se vendrait à l’étranger comme le sont ses disques ?

 

Encore une fois, je me répète. La sape est une bonne chose en soi, mais tout excès nuit et certains looks font très mal paraître. Ce sont ces derniers que je dénonce et pas tous les looks de façon globale.

 

Sapeurs, qui serez bientôt réunis à Kinshasa, je loue votre initiative et je respecte votre religion. Votre mouvement est une vraie innovation et votre solidarité mérite  un coup de chapeau. Les bonnes critiques sont faites pour aider à améliorer les choses, non pour dénigrer ou détruire.

 

Je vous envoie mes sincères amitiés et vous souhaite un très heureux événement,  jeudi prochain, le 10 février 2011.

 

Pour terminer en beauté, et puisque certains d’entre vous aiment les exhibitions, voici des photos de « cheerleaders », ces filles qui présentent des spectacles colorés lors des grandes finales opposant des équipes nord-américaines.

               Les plus belles pom-pom girls (Cheerleaders) (+ 100 Photos)

 

````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````````

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Ce ne sont pas les apparences qui sont trompeuses

Ce sont plutôt ceux, qui se cachent derrière elles, qui le sont

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain!

Rose Laurens - AFRICA-

 

 

 

Commenter cet article