Rebâtir Haïti.

Publié le par Vieuxvan

Rabâtir Haïti

Au Québec s’est tenue hier 24 janvier 2010 une conférence réunissant quinze pays pour décider de la coordination de l’aide accordée à Haïti et  voir comment rebâtir cette île complètement effondrée.  Le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, a été reçu respectivement par le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, le chef de l’opposition officielle et président du Parti Libéral du Canada, M. Michael Ignatieff et par les dirigeants de la communauté haïtienne de Montréal. Selon le gouvernement haïtien et les observateurs, il faudra du temps pour rebâtir Haïti.

«Il faudra de cinq à dix ans pour reconstruire Haïti»‎ -

J’ai entendu un Haïtien professeur d’université qui parle de tutelle et souligne la complexité du peuple haïtien. Chaque peuple a ses complicités, que je sache. Les Chinois aussi ont les leurs. Nous les Congolais, nous avons les nôtres. Chaque peuple est différent d’un autre. Mais lorsque survient un cataclysme de grande envergure qui nécessite des milliards pour reconstruire notre pays, nous devrions tempérer nos élans patriotiques et songer avant tout à sauver notre peau. Je crois personnellement deux choses :

Primo, le gouvernement haïtien a tort d’abandonner les recherches de survivants.

Séisme: le gouvernement haïtien met fin aux recherches

Hier, une équipe de secouristes de la France a sorti des décombres un jeune homme qui était resté coincé là depuis une dizaine de jours ! Qu’est-ce qui nous dit qu’il n’y a pas d’autres rescapés en attente de secours ? Abandonner les recherches ne signifierait-il pas les condamner à mourir ?
20minutes.fr
Séisme en Haïti: un homme sauvé 11 jours après le séisme‎ -

Secundo, il est prématuré de remettre la gestion de l’après crise

entre les mains des Haïtiens comme d’aucuns le réclament. L’expérience nous a rendus sages. Combien de fonds destinés à ce pays n’ont-ils pas été détournés ?

Des fonds détournés par les Duvalier et qui seront restitués à ...

Haïti : corruption et détournements sous le régime Aristide ...

Lire la suite - [OID-IDO]

Va -t’on remettre des millions entre les mains d’individus qui risquent de nous retremper dans les manies du passé ? Que de régimes, que de présidents le peuple haïtien n’a-t-il pas connus ? Qu’est-ce qui a changé ? Des quidams sont richissimes et en exil pendant que le peuple, lui, continue à en arracher. Haïti n’est pas le seul pays mal géré. Beaucoup de pays sous-développés ou en voie de développement connaissent la même situation. Ceux qui ne prennent plus au sérieux les dirigeants haïtiens n’ont donc pas tout à fait tort. Haïti sous tutelle - A l'indépendant

Je ne milite aucunement pour une nouvelle colonisation d’Haïti (pensez-vous, en plein 21ème siècle !) Du reste, je constate de prime abord que deux points de vue diamétralement opposés s’affrontent. Certains suggèrent une prise en tutelle, d’autres écartent cette idée du revers de la main.

Le Figaro - Flash actu : Haïti: Mayard (UMP) pour une mise sous ...

Non monsieur Myard, Haïti ne doit pas être sous tutelle! - pierre ...

Les événements de ces dernières deux semaines nous ont prouvé l’incapacité des dirigeants haïtiens de faire face à la situation. Que serait-il advenu si aucun pays ne s’était porté à la rescousse de l’île ravagée ? Quand quelqu’un se nage, ce n’est pas à lui  demander à ses sauveteurs comment ils vont le sortir de l’eau, à savoir en canot moteur ou en bateau ou en hélicoptère. J’admire le courage et le souci des Haïtiens de sauvegarder leur dignité. Mais, je pense que le moment est mal choisi pour faire des revendications de ce genre surtout qu’ils n’ont pas d’argent et que les secours viennent d’ailleurs. Céline Galipeau, journaliste de Radio-Canada, qui revient de cet enfer, a raconté hier combien rien que l’odeur de la mort, omniprésente à Port-au-Prince, est insupportable !

 Si complexité il y a, c’est plutôt la nouvelle ville de Port-au-Prince qui en est une.  Imaginez Kinshasa avec des quartiers de riches comme Gombe, Ma Campagne et Limete d’un côté et les quartiers dits pauvres de l’autre. Si on devrait la rebâtir, faudrait-il séparer les riches des pauvres ? Quel genre de maisons construirait-on ? Des villas pour les mieux nantis et des camps dans le genre de Lemba, Matete, Kauka et Bandalungwa pour les démunis ? Et dire que, entre-temps, Haïti n’en a fini avec les séismes !

Haïti menacé par un nouveau séisme

Advenant qu’on passe à travers tous ces séismes, qui construirait ces maisons ? Des entreprises privées ou chaque citoyen qui recevrait personnellement un montant d’argent et se débrouillerait tout seul ? On n’est pas sorti de l’auberge !

Des constructions anarchiques, il y en a eu en Haïti comme il y en a chez-nous. Qu’est-ce qui nous dit pas que, une fois qu’ils auront reçu de l’argent pour rebâtir, les citoyens vont renouer avec leurs anciennes vieilles habitudes ? Déjà les sismologues prédisent un autre grand séisme. Si celui-ci frappe à nouveau l’Île et qu’elle s’effondre encore une fois, on aura reconstruit en vain et il faudra tout reprendre à zéro?

Je ne suis pas pour une nouvelle colonisation d’Haïti mais, en raison de l’ampleur de la catastrophe, je suis favorable à une prise en tutelle provisoire, en attendant le retour à la normale, par une organisation, composée de représentants intègres de plusieurs pays, instituée à cet effet,  qui gérerait tout et rendrait compte à l’O.N.U. Voici d’ailleurs des articles qui abondent dans le même sens :

Le Figaro - Flash actu : Haïti: Mayard (UMP) pour une mise sous ...

Non monsieur Myard, Haïti ne doit pas être sous tutelle! - pierre ...

L'utilité de placer Haïti sous tutelle internationale

Haïti, les enjeux de la reconstruction

Certains Congolais ont adressé des reproches à leur gouvernement pour avoir versé un million d’aide à Haïti alors que le peuple congolais meurt de faim. D’autres peuples africains reprochent aux Haïtiens de se prendre pour des Américains et de ne s’être jamais impliqués dans des causes africaines. C’est en partie vrai.

Au demeurant, il faut enterrer la hache de guerre entre Africains et Haïtiens. C’est le moment de laver nos linges sales en famille. Nous avons tout le temps. Mais, ce qui est urgent, c’est de sortir, une fois pour toutes, Haïti de l’impasse.

Chers amis, il n’y a pas de mal ou de honte à être pris en charge lorsqu’on est dépassé par un événement comme celui-là. Aucun pays au monde n’aurait été capable de s’en tirer tout seul. Hier, le Premier ministre Jean-Max Belleville a demandé aux organisations et pays secouristes de leur faire confiance. Quelles sont les garanties de bonne et transparente gestion que son gouvernement offre ? Existe-t-il des institutions démocratiques dignes de ce nom (Parlement et Sénat) en Haïti ?

Je viens de suivre sur RDI un reportage sur Haïti. Certains interviewés issus du peuple haïtien déclarent qu’il n’ont pas du tout confiance en leur gouvernement.

Déjà des groupes de pillards s’en prennent aux convois humanitaires ! Le gouvernement haïtien est-il seulement capable de neutraliser ces groupes ?

Est-il seulement en mesure d’assurer la sécurité des convois humanitaires ? Non !

« Aux grands maux, les grands remèdes » La charge de la gestion de centaine de millions de dollars d’aide est trop lourde pour les dirigeants haïtiens, surtout que depuis son indépendance, il y a eu huit (8) interventions extérieures pour éviter au pays d’être étouffé à cause de sa misère pendant que les dirigeants se faisaient la malle. Je reviens à cet adage que mon père aimait me répéter dans ma jeunesse et qui a fait l’objet de l’un de mes titres d’articles: « Qui a bu boira ! »

Si le peuple haïtien a été fait martyr, c’est par ses propres dirigeants qui ne se sont pas du tout soucié de sa misère, préférant détourner les aides de tous genres qui lui étaient destinés par le passé. Assez c’est assez ! Laissons les grandes organisations s’occuper de tout jusqu’à ce que Haïti soit rebâti et que la situation revienne à la normale.  Arrêtons de rêver en couleur !

Commenter cet article