Tombe la neige...

Publié le par Vieuxvan

Tombe la neige….

Tombe la neige ; tu ne viendras pas ce soir

Tombe la neige ; et mon cœur s’habille de noir

Tombe la neige. Cette vieille chanson des années 70 de Salvatore Adamo semble résonner à mes oreilles chaque fois que je vois tomber la neige.  Qu’est-ce qu’elle est belle !

Ceux qui pratiquent les sports d’hiver sont comblés. Les stations de pratique de sports d’hiver se remplissent et font des affaires d’or ; les skieurs de fond vont faire des randonnées dans les forêts de pins ; les enfants font des boules de neige et se les lancent. Tous ces gens-là sont heureux comme des rois.

Moi, par contre, je ronge mon frein. J’aime bien la neige. Cependant, lorsqu’elle laisse plusieurs centimètres devant notre porte, il faut bien que je sorte ma pelle pour déblayer. Et puis, avant de sortir, il faut gratter la neige agglutinée sur sa bagnole. Ce n’est pas tout. Le froid intense vous contraint à mettre des bottes et vous coiffer avec une tuque, enfiler des pantalons et pulls, des manteaux et des gants. Il y en a qui tombent en glissant sur la chaussée. Dernièrement, un couple âgé de 80 ans s’est fait écraser par une déneigeuse qui roulait à reculons. Les automobilistes sortent leurs pneus d’hiver, ce qui n’empêche pas les accidents de se produire quand même sur les routes enneigées et glissantes.  Ce n’est jamais agréable de rouler en voiture ou de marcher à pied sur le trottoir lorsqu’il est tombé plus de 120 centimètres de neige. De grosses bennes et autres camions déblaient la neige sur les routes. Mais ce qui dérange le plus, c’est la température. Quand il fait –20 degrés Celsius, avec le facteur vent cela donne –40.  Alors, peu importe comment on est habillé, on grelotte, on claque les dents, le nez coule et on a hâte de se mettre au chaud.  Heureusement qu’il existe le chauffage au gaz ou à l’électricité. Mais il coûte cher !

Dehors, la vie continue. Les écoles, magasins, banques et autres établissements sont ouverts. C’est rare qu’une grosse tempête de neige occasionne la fermeture de ces établissements. Il y a douze, cependant,  nous avons connu une tempête de verglas qui a paralysé toute l’activité humaine et économique durant toute une semaine. Des arbres gelés et des poteaux électriques tombaient sous le poids de la neige. Il n’y avait plus d’électricité dans certains quartiers. Ce fut l’enfer. Mon épouse Jeanne Lutondo et  moi, nous avons été obligés de nous faire héberger chez notre fille Trophée Mansevani en attendant le retour à la normale. Tout est finalement rentré dans l’ordre et la vie a continué son bonhomme de chemin. Les Québécois sont très bien organisés. Un ou deux états américains ont subi les mêmes dommages. Des équipes québécoises leur ont porté secours. Voilà des années que nous vivons avec la neige. Les Québécois y sont habitués. Gilles Vigneault, un chanteur québécois reconnu pour sa défense de la cause souverainiste, a d’ailleurs immortalisé cette cohabitation avec l’hiver dans une chanson intitulée : « Mon pays, c’est l’hiver »

Ces jours-ci, ce sont l’est des Etats-Unis et l’Europe occidentale qui goûtent à la neige. Des établissements sont fermés. Des avions annulent leurs vols. C’est la pagaille !

Je sais, pour avoir séjourné deux fois en France en hiver en 1970-1971 et en 1982-1983 que l’hiver existe aussi là-bas, mais ce n’est rien à côté de l’hiver canadien qui est rude. J’espère que les compatriotes qui vivent en Europe occidentale ou sur la côte-est des USA ne seront pas trop affectés par cette neige et surtout qu’ils ne connaîtront pas une ou de grosses tempête de neige. Ils s’en souviendraient assez longtemps.

Je me suis souvent demandé qu’est-ce qui adviendrait  si une tempête de verglas frappait brusquement l’Afrique centrale ? Parmi les questions que je continue de me poser figure celle de savoir pourquoi l’Afrique sub-saharienne est restée si longtemps avec des cases en paille et en pisée pendant que l’Égypte, par exemple, construisait des maisons en matériaux durables et même les fameuses pyramides ? Quelqu’un me dira que c’est parce que l’Afrique n’a été découverte qu’à partir du 15ème siècle. Oui, mais pourquoi l’Europe, la Chine et les autres ont pu connaître des civilisations millénaires et pas nous ? Lorsque nos pays ont accédé à l’indépendance,  nous avons cru comme fer que l’Afrique rattraperait le temps perdu. Hélas ! Nous n’avons pas beaucoup progressé ! C’est l’Occident qui gouverne.  D’un côté il nous dépouille de nos richesses naturelles, de l’autre il prétend nous aider en nous accordant des prêts remboursables à long terme. Qui plus est, nos propres dirigeants se font la malle pendant que le peuple broie du noir. Les salaires des chefs d’états occidentaux sont connus. En est-il la même chose de ceux des nôtres ? Dites-moi, mes amis, de quel président sub-saharien connaissez-vous le salaire ? Dites-moi, est-ce la faute des Blancs si nos élus détournent les fonds provenant de la coopération internationale ? J’ai lu dernièrement  le rapport de la Commission des Biens mal acquis. Quelle honte pour nos élus qui y sont cités ! Et ça a donné quoi au juste ? Quand j’écoute les chansons « Le pouvoir noir » de Franco Luambo Makiadi ou « Nakomitunaka » de Verckys Kiamuangana, je reste soucieux. Avons-nous fait, lors de la fameuse Tour de Babel, quelque chose qui a fait que Dieu nous a punis plus que les autres ?

J ’auditionne « Tombe la neige » et je me rappelle que la couleur noire symbolise la saleté, la tristesse et le désespoir. Johnny Hallyday, qui vient enfin de sortir de son coma artificiel, n’a-t-il pas chanté lorsqu’il versait des larmes pour essayer de se réconcilier en vain avec Sylvie Vartan : « Noir c’est noir ; il n’y a plus d’espoir » ?

Le succès mitigé de Copenhague changera-t-il la condition de l’Afrique non seulement au plan climatique mais aussi aux plans des mentalités ? J’en doute fort !

Tombe la neige ! Chaque fois que je vois tomber la neige, je me souviens aussi de la chanson de Zanini qui disait : C’est noir, c’est noir, mais si c’est blanc, c’est blanc !

Ce n’est pas blanc et noir. C’est comme-ci ou comme ça ! Oui, la neige me rappelle que, quoi que nous fassions, nous  sommes à des années lumière de changer quoi que ce soit à cette sorte de malédiction qui pèse sur nous, sur l’Afrique noire ! 

Noir c’est noir. Il n’y a plus d’espoir !

Tombe la neige. Mon cœur s’habille de noir !

Commenter cet article