RD Congo: la charité selon nos élus

Publié le par Vieuxvan

      RD Congo – La charité selon nos élus

 

      YouTube - Indépendance cha cha

 

Mon attention vient d’être attirée par un article du Potentiel intitulé :

Des procès en cascade

 

La corruption. Eh ! Oui ! On en revient toujours à elle. C’est la grande plaie du continent africain.

 

LA CENI devient un organe important dans notre pays dès qu’on renifle d’odeur d’élections à venir. Et pour preuve !

CENI : un enjeu mal compris

 

C’est reparti ! Ces jours-ci, j’observe la fébrilité qui gagne de plus en plus nos politiciens au seuil du déclenchement des élections.

Trois cadres de l’Opposition désignés
Carole Kabanga, Laurent Ndaye et Jacques Ndjoli à la CENI ! Kinshasa, le 29/09/2010

 

Un de mes amis m’a dit : « Ça y est ! On va encore dépenser des dizaines de centaines de milliers de dollars pour aller en élection » Il n’a pas tout à fait tort. N’eût été le fait que c’est un exercice démocratique indispensable et incontournable, personnellement je n’en aurais pas vu l’utilité ou mieux l’à propos. Cependant chaque citoyen a son droit d’opinion sur ce sujet.  Les élections sont une période baromètre pour faire le bilan d’une législature et voir s’il faut lui renouveler notre confiance ou au contraire lui dire bien gentiment « Bye ! Bye ! »

 

Je lis à ce sujet mult articles qui examinent à la loupe le bilan de la législature actuelle, particulièrement celui du jeune président Joseph Kabila. Un des articles m’a particulièrement fait sourciller.

RDC : Les « sept péchés capitaux » de…

 

Je répète l’un des constats que j’ai relevés dans l’un de mes articles, c’est qu’aucun pays d’Afrique subsaharienne n’est capable de fonctionner sans la coopération internationale. Quel que soit le président qu’un pays africain porte au pouvoir, ce dernier n’a d’autre choix que de compter sur l’aide ou le partenariat avec d’autres pays mieux nantis. L’autosuffisance en Afrique est un concept irrationnel!

 

Peu importe le camp que nous choisissons, nous nous retrouvons devant un mur dont nous n’apercevons pas le sommet.  Comme le veut un certain dicton : « Nous nous retrouvons au pied du mur. Au-dessus de celui-ci, sur une plate-forme que nous ne pouvons apercevoir d’en bas, deux prétendants, rivaux ou antagonistes- appelez-les comme il vous plaira- se livrent un combat pour l’occupation finale du territoire. « Likambo ya mabele » Ceux qui ont lu la fable « Le loup et l’agneau » en savent quelque chose.

L’antagonisme Chine/Etats-Unis sur le continent africain

 

 

 

 

Dans le cas qui nous concerne, faut-il plutôt voir la Chine comme l’agneau ? Pas du tout ! Je vous référerais, au contraire, à une autre fable plus populaire, celle intitulée « Le corbeau et le renard » Ceux d’entre vous qui lisez mes articles, vous rappellerez :

RD Congo: la Grande Muraille (22/09/2010 )

 

La bévue des partenaires traditionnels occidentaux est cette la somnolence, voire leur indolence. Habitude aidant, ils ont cru nous garder coincés sous leurs fesses. Les Chinois leur ont tiré la couverture sous les pieds.

S’ils se retrouvent aujourd’hui dans une position inconfortable, à qui la faute ? Depuis l’accession de la RDC à l’indépendance, nos bailleurs de fonds traditionnels se sont contentés de se traîner les pieds, de faire preuve de laxisme, nous jetant des miettes comme on jette une brassée de maïs dans une basse-cour aux coqs et poules affamés.

 

On était un pays condamné. Les articles qu’ils écrivaient et les reportages filmés qu’ils réalisaient sur la RDC étaient teintés de pitié et d’ironie. Nous en avons soupé ! Aujourd’hui ’on accuse le FMI et la Banque mondiale de collusion avec les Chinois ! Elle est bien bonne, celle-là !

 

Il n’y a pas longtemps, ces deux organismes refusaient de nous venir en aide financièrement. Nous étions affublés du titre peu élogieux de « mauvais payeur ». Qu’est-ce qui a fait que cette perception a changé du tout au tout dès l’apparition d’un troisième larron, la Chine ?

Que les descendants de l’Empire du Soleil  soient en train de construire en RDC des ponts, des routes et autres chantiers que l’on prétend être des tape-à-l’œil, où est le mal ? Au-delà des performances : Le Gouvernement Muzito doit maintenir le cap

Que Joseph Kabila se soit engagé dans une opération charme, est-ce interdit ? Tous les politiciens du monde entier le font. L’électorat se courtise à coût d’oseille. Cela fait des heureux évidemment ! Et pour cause ! Nos électeurs n’ont pas encore acquis la maturité politique ; ils se font ainsi facilement abuser d’autant que nombreux d’entre eux sont affamés et vivent au jour le jour. Dans les pays occidentaux, la corruption est dénoncée et peut coûter cher à son initiateur. Quant aux promesses électorales, les électeurs en ont vu d’autres. Ils savent donc faire la part des choses et ne pas se faire prendre au piège de ces politiciens orateurs modernes.

Ne comparons surtout pas les présidents africains à leurs homologues occidentaux en matière de gestion financière ni de clarté salariale. Je vous pose la question : les salaires des présidents et premiers ministres occidentaux sont connus ; de quel ancien ou actuel président africain connaissez-vous le salaire ?

Si je comprends bien l’auteur de l’article, le Sénat, le Parlement et le gouvernement actuels ne seraient que des pantins dans les mains d’un Kabila les manipulant, les corrompant et les intimidant à sa guise ? Si tel est le cas, ne seraient-ils pas des adultes consentants ? Nous avons connu une époque où la vie des opposants politiques ne valait pas un penny.  La brochette des martyrs de l’indépendance est là pour nous le prouver. Si répression il y avait actuellement à  ce niveau-là, dites-moi, quels sont les politiciens qui sont tombés sous le glaive du régime actuel ?

En ce qui a trait à la liberté de presse, ce sont les mêmes interrogations.  À l’époque de Mobutu, il n’y avait qu’une seule chaîne de télévision et quelques postes de radiodiffusion. Combien y en a-t-il de nos jours ? Et, advenant que ces médias se soient vu imposer le bâillon, comment réagissent les élus qui siègent à nos plus hautes institutions législatives ?

Venons-en à la pauvreté. Nous avons reçu la promesse formelle du président Joseph Kabila à l’effet qu’il allait désormais mettre l’emphase sur le social. Pourquoi ne pas donner la chance au coureur ? 65ème Session ordinaire des Nations Unies
Kabila : ‘’la misère, la pauvreté et la précarité ne sont pas une fatalité !’’
Kinshasa, le 29/09/2010

Pour ce qui est de la crise humanitaire à l’est du pays ainsi que du dossier des minerais de sang, les dernières prises de position du président Kabila ne nous donnent-elles pas la preuve qu’il est en train de s’en occuper ?

De retour d’une mission parlementaire à Londres Clément Kanku appuie le rapport de Global Witness Kinshasa, le 30/09/2010

A la tête d’une délégation parlementaire en Grande Bretagne Clément Kanku face à des vérités sur la guerre à l’Est de la RDC Kinshasa, le 29/09/2010

Et que dire du projet de nouvelle Constitution qui, selon les dires d’aucuns, serait un prétexte pour Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir ?

Avez-vous appris ce qui s’est passé avec Bill Clinton, avec Bertrand Aristide et présentement avec Lula au brésil ? La Constitution est là pour fixer le nombre et la durée des mandats des présidents. Si nos élus ne sont pas capables de s’en donner une, il faut croire qu’il y a effectivement anguille sous la roche.

 Si tel est le cas,  à qui la faute ? Vous me répondrez que majorité parlementaire actuelle est le fruit de la corruption ? Qui corrompt qui ? Qui des Occidentaux ou des Chinois sont réputés maîtres en paiement de pots-de vin ?  Advenant que c’est le cas, ne peut-on pas refuser ceux-ci ? Combien sont-ils ceux qui ont eu le courage et l’intégrité de le faire ? 

On nous a trop fait avaler de discours et réflexions qui ne nous ont rien donné de concret. Nous voulons du palpable. Nul n’est prophète en son pays, c’est vrai, mais nul n’ignore non plus que ventre affirmé n’a point des oreilles. Les élections sont à nos portes. C’est le seul test qui permettra au « vulgus populus », qui se contente de miettes et de rebuts, de se prononcer quand même et de  nous dresser son bilan à lui.

Ne nous dites surtout pas que, cette fois encore, les électeurs vont s’en faire passer une bien vite ? Si corruption il y a, qui se remplit les poches ? Le peuple ou ses dirigeants ? À ce que je vois, l’Afrique en général et la RD Congo en particulier n’ont pas changé. Pour certains politiciens de chez-nous, la charité bien ordonnée commence par soi-même. On ne peut rien y changer.

Messieurs les concitoyens, qui ferez partie du nouveau staff de la CENI,  avez-vous les outils adéquats pour préserver la population des discours creux et fausses promesses ? Serez-vous en mesure de confondre les futurs corrupteurs et corrompus et de leur réserver des procès en cascade ?

 

Quant à vous, leaders congolais qui solliciterez le suffrage des urnes aux divers échelons politiques du pays, puisque vous vous accusez réciproquement de corruption, battez-vous ! Entre-déchirez-vous ! Que ceux qui sont honnêtes soient fidèles à leurs bonnes habitudes ! Les autres ? Que voulez-vous qu’on leur dise ? Qui a bu boira ?  Que le meilleur gagne ! Mais, de grâce, ne défaites pas ce qui est en train de se faire !

À demain!

YouTube - ‪Gerev 5/5 :Kintweni (Konono /

Commenter cet article