RD Congo - Trop jeunes pour mourir

Publié le par Vieuxvan

                   Vieuxvan.overblog.com

Samedi  25 juin  2011

 

L’événement du jour

 

L'acteur Peter Falk, connu pour son rôle de l'inspecteur Columbo, est mort

 

L’article du jour

 

Trop jeunes pour mourir

 

Je profite de la nouvelle du décès de l’artiste-musicien Mbuta « Brown » Mashakado pour saluer sa mémoire et celle de ses collègues décédés jeunes, trop jeunes à mon goût.

Mbuta Mashakado est décédé, mercredi 22 juin, à Johannesburg

 

Il n’y a pas tellement longtemps, c’est Bimi Ombale qui nous a quittés. Les journalistes et chroniqueurs en ont largement parlé.

Congo RDC: Décès de Bimi Ombale, ancien chanteur de Zaiko Langa ...

 

De tous les orchestres kinois et, bien que j’eusse des amis personnels et relations suivies avec tous les grands des années 70, ce sont les musiciens de Zaiko-Langa avec qui j’ai eu à flirter plus souvent. La plupart d’entre eux sont encore en vie. Ils pourront vous le confirmer. Notre idylle a débuté à mon retour de Paris en janvier 1971, après mon stage de formation à l’Office de Radiodiffusion et de Télévision de France ORTF). 

 

L’orchestre vibrait sous le charme et la vitalité de ses jeunes co-fondateurs dont Papa Wemba, Evoloko Atshuamo, Manuela Somo, Pepe Felly Manuaku, Nyoka Longo, Efonge Gina qui étaient appuyés par d’autres jeunes talentueux : Enoch Zamuangana, Ilo Pablo, et Bimi Ombale et autres. Je vous ai conte cette randonnée sur le fleuve Congo qui nous a conduits jusqu'à Maluku à l’invitation des étudiantes et étudiants de l’Athénée de la Gombe. Ce fut un après-midi inoubliable.

La naissance de zaïko mosinzo

 

La dissolution de cet ensemble m’a surpris mais, en RDC, on est habitue à ce genre de situation. Concernant Mbuta Mashakado particulièrement, il est issu de la deuxième génération avec Ya Lengos et Likinga, venus en renfort à l’attaque chant. A vrai dire, bien que je ne l’aie pas connu personnellement, je me souviens des Kin-Shows de Zaiko-Langa où il était l’une des têtes d’affiche avec ses patinages à la James Brown..

Zaïko Langa Langa : Mashakado

 

Je diffusais des extraits de leurs prestations dans Kin-Show pratiquement tous les dimanches. Ces images nous parvenaient de la Renapec à ma demande et je les mettais en ondes. Certains musiciens jaloux m’ont fait la remarque. Je n’y ai pas prêté attention.

 

A vrai dire, je n’ai pas apprécié la dislocation de l’orchestre original. Et d’ailleurs, cela ne m’a pas empêché de conserver mes liens avec Papa Wemba, Evoloko et autres même s’ils fondaient d’autres orchestres. Dans ma tête, ils faisaient toujours partie du même clan. Tous ceux qui sont issus de formations créées par des transfuges de Zaiko appartenaient, selon ma perception, à la même écurie : Quartier Latin, Victoria Eleison, Langa-Langa Stars, Anti-Choc, Choc-Stars, etc.. Je ne vous parle pas de leur apparition sur le plateau de Chronique musicale ni de Kin-Kiese. Les animateurs  présentaient les nouvelles ou les spectacles au studio A ou sur l’Esplanade de la Voix du Zaïre. Moi, ma contribution en tant que réalisateur a toujours été les clips afin d’habiller chaque œuvre, de la faire vivre et de la rendre belle et, au besoin, romantique pour que le téléspectateur l’apprécie.

 

Au fil des années, j’ai fait la promotion de Papa Wemba, alors patron de Viva la Musica. Nous avons filmé « Gina » dans les jardins et autour de la piscine de l’hôtel Intercontinental. J’ai réalisé «Analengo » dans le studio B de la télé de la Cite de la Voix du Zaïre.

 

Le clip d’Eluzam a été produit dans les mêmes conditions. Je me souviens d’un incident provoque par Anto Evoloko. Alors que les caméras étaient braquées sur lui, il nous prit par surprise en faisant une culbute non programmée avec sa hachette qu’il brandissait au-dessus de lui. Heureusement que j’avais eu le temps de le reprendre sur une autre caméra qui le prenait en plan d’ensemble, sans quoi il serait sorti du champ et tout aurait été à recommencer.

Zaiko langa langa(Evoloko joker)- Eluzam

 

Evoloko est revenu une autre fois avec « Fièvre Mondo » C’était à la veille des Fêtes de « Bonana » et il voulait faire une surprise aux téléspectateurs. C’en fut une de taille. Depuis, la chanson a été baptisée « Pétrole »

Zaiko langa langa- Fievre mondo (Version originale)

 

Mon ami personnel Jean-Marie Gomba alias Col Canto en raffolait. On a fait pas mal de folies avec lui à l’époque. Etant devenu manager de Yenga-Yenga, il me recommanda plus tard de réaliser le clip de la chanson « Bongo Bouge » de

Teddy Sukami qui était accompagné justement de Yenga-Yenga.

 

J’ai aussi sympathisé avec Lengi-Lenga que j’ai souvent rencontré chez un de ses amis Salo à Limete non loin de l’hôtel LA Rigole de Moyowabo. Plus tard, lorsque j’avais déjà quitté le pays et que je préparais ma maitrise à l’Université Laval en 1985, lorsqu’on s’est retrouvé. Au cours de leur concert, on a taillé bavette; Dindo Yogo a évoqué le clip « Lola Muana » que j’ai filmé dans le decor naturel des jardins de l’Hôtel du fleuve, lequel les fit connaître au public « Huit kilos » et lui.

 

Parmi les jeunes qui gravitaient autour des musiciens, je peux vous citer Losikiya, Lokoka, Sonnerie et le vieux Mabuse.

 

Je suis allé quelquefois assister à des concerts de nos jeunes orchestres mais pas très souvent car le dimanche je me levais tôt pour aller démarrer les émissions. Il ne fallait pas que j’arrive à mon poste en retard ou fatigué ou encore titubant. J’aimerais profiter de cette occasion pour dire bonjour au directeur technique de l’époque, Lepamabila Saye alias « Lepa ». C’etait un homme très compétent et, sans lui, nous aurions connu pas mal d’ennuis techniques. Il etait simple, presqu’efface, mais il avait réponse à tout. Il nous facilitait la tache entre autres lors des grands événements que j’ai coordonnés : l’inauguration de la Cité de la Voix du Zaïre, celle de la Station de communication par satellite de N’Sele, les funérailles de Mama Antoinette Mobutu ainsi que celles du président Marien Ngouabi et j’en passe. Lui et moi nous entendions bien.

 

Pour revenir aux musiciens, parmi les 2522 amis que j’ai sur facebook ou je me suis inscrit depuis 2009, j’en ai plusieurs : Papa Wemba, Pepe Felly Manuaku, Koffi Olomide, Kester Emeneya, Ray Lema, J.B. Mpiana, Werrason, Kanda Bongo Man, Gaby Lita Bembo,  Félix Wazekwa, Fally Ipupa, Awilo Longomba, Lokwa Kanza, Bill Clinton Kalonji, Dino Vangu, Bokelo Blito, Crispin-Régis Lukoki Mampasi,  Reddy Amisi, Defao Matumona Général, Donat Mobeti, Demingongo Luciana, Ferré Gola, Likinga Redo, Faya Tess, Laty Tabu Ley, J.P. Buse, Fafa de Molokai, etc. A cette liste, il faut ajouter les artistes chrétiens : Frère Patrice Musoko, Crispin Kamoka Mbuta, L’Or Mbongo, Marie Misamu, Lola Leonardo (Angola), Marie-Anne Abia, Nana Lukezo, etc.. Il y a juste Mbilia Bel, Tshala Muana, Sam Mangwana et quelques autres qui manquent au tableau, sans doute parce ce qu’ils ne savent pas comment me joindre.

 

Les gens me connaissaient juste de nom à cause de ma signature sur les œuvres de Théâtre de chez-nous. Mais, les vrais Kinois, dont les enfants des tenants du régime, les gens d’affaires avec qui j’ai eu à traiter et surtout les artistes musiciens, eux, me connaissaient de visu et entretenaient des relations avec moi.

 

Si j’évoque tous ces souvenirs, c’est uniquement pour rendre hommage à tous ces jeunes artistes talentueux , aimant la vie, qui ont été fauchés dans la fleur de l’âge. Je comprends que Wendo Kolosoy soit mort. Lui, au moins, il a assez vécu. Mais les autres ?

Grand hommage aux musiciens Congolais

 

J’adore la belle musique, Quand j’écris mes scenarios et articles, j’écoute distraitement mes montages personnels de musique romantique : Julio Iglesias, Grand Kallé, Franco/Lutumba, Mbilia Bel, Kassav, etc. J’ai fait des montages des chansons romantiques qui me bercent et m’inspirent. Voilà pourquoi je me fais souvent l’avocat du diable de nos musiciens.

 

Beaucoup de gens croient que les musiciens et artistes congolais sont riches. En vérité, à part quelques têtes d’affiches et quelques vedettes douées pour les affaires, le reste, la grande majorité, meurent pauvres et souvent tout simplement parce qu’ils ne disposent pas d’argent pour se faire soigner.

Mopero wa Maloba décédé à Abidjan : Appel au soutien

 

J’aime bien les élans et marques de solidarité posthumes. Mais pourquoi attendre qu’ils soient morts pour le faire ?

JB Mpiana compte organiser une réception pour les veuves et orphelins des musiciens décédés

 

Il y a aussi Verckys Kiamuangana qui se dépense pour la cause des musiciens notamment en ce qui a trait aux funérailles. C’est un apport fort louable. Mais, seul, il ne peut pas tout faire :

La Conscience - L'apport de Verkys Kiamwangana des éditions ...

 

Dans plusieurs de mes articles, j’ai déploré le sort de certains musiciens malades tels Mayaula Mayoni (décédé), Youlou Mabiala et Rochereau Tabu Ley. Les deux derniers sont encore vivants.  Quelles marques de sympathie leur a-t-on témoigné ?

 

Je crois que leaders parmi les musiciens, mélomanes et autorités de tutelle devraient se livrer à un grand examen de conscience.

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

La pensée du jour

Ceux qui jalousent le confort de leur belle-sœur

Devraient plutôt demander des comptes à leurs propres maris.

Car nul ne peut épouser sa propre sœur. C’est de l’inceste.

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

À demain !

Rose Laurens - AFRICA-

 

Commenter cet article